•  

    Disparition d'un grand de la chanson !:

    Disparition d'un grand de la chanson :

    CHARLES AZNAVOUR

    Disparition d'un grand de la chanson :

    DISPARITION - Le légendaire artiste franco-arménien s'est éteint à l'âge de 94 ans. Avec des chansons telles que Emmenez-moi, Je m'voyais déjà ou La Bohème, l'éternel Charles Aznavour a traversé les époques, les générations et les frontières. Éditer

    «Chanteur de variété le plus important du XXe siècle». C'est le titre attribué en 1988 à Charles Aznavour par la chaîne américaine CNN et le Times. Plus de 1200 chansons dans sept langues différentes, des spectacles dans 94 pays et plus de 100 millions de disques vendus dans le monde entier. Mais aussi plus de 60 participations à des longs-métrages. Très discret sur sa vie privée, le chanteur - décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans - a été marié trois fois et a eu six enfants dont trois avec sa dernière femme Ulla avec qui il était marié depuis plus de 50 ans.

    Icône de la chanson française, Charles Aznavour était une star mondiale, au point d'avoir son étoile sur le «Walk of Fame» à Hollywood en 2017. Soixante-dix ans de carrière en haut de l'affiche pour cette légende de la chanson française.

    Disparition d'un grand de la chanson :

     

     

     

     

     

    Disparition d'un grand de la chanson :

    Disparition d'un grand de la chanson :

    Disparition d'un grand de la chanson :

    Notre coeur pleure la disparition de Charles Aznanour, ce grand poète, mais reste illuminé par le soleil qu'il a mis en nous tous. Resquiescat in pace. 

    ​Irène-Charlotte Moreau

    Disparition d'un grand de la chanson :

    J’ai été attristé par la disparition de ce « grand » poète, artiste, poète, humaniste, tout à la fois.

     J’ai aimé beaucoup de ses chansons, dont « La Bohême », bien sûr…

     J’ai l’impression de l’avoir toujours connu.

     PS : J’ai réécouté ses chansons postées sur votre site…

     Françoise Ducene-Lasvigne, photographe

    Disparition d'un grand de la chanson :

    Bravo pour cette réaction rapide.

    Charles Aznavour mérite bien cet hommage de la SPF.

    Amicalement

    Jean Koetler

     Disparition d'un grand de la chanson :

     

    Parfois, le silence est le plus grand des hommages à rendre, lorsque c'est un maître des mots qui disparaît...  L'homme rejoint l'Infini, mais sa Poésie et ses chansons lui ont déjà conféré l'éternité. 

    Sois dans la lumière, ami qui a tant éclairé nos vies !

    Véronique Flabat-Piot

                                                                                    Disparition d'un grand de la chanson :
                                                                  La bohème "inoubliable !
                                                                           Yunta Ippesino
                                                                                     Disparition d'un grand de la chanson :
     

    Merci, c'est bien fait,  Merci à la Société des Poètes français, 

    Amitiés

     

    Mona Gamal El Dine

    Docteur en sciences de l'art - La Sorbonne Paris

    Présidente de l'association ISIS Arts & Cultures

    Fondatrice des Rencontres des Poètes pour la Paix

    Membre de Cercle Universel des Ambassadeurs de la paix (Genève/Paris)

    Historienne de cinéma & Réalisatrice

                           Disparition d'un grand de la chanson :
     

    Chers amis, cela fait du bien de constater que vous avez le même coeur que la plupart d'entre nous,

    que nous sommes entre vrais poètes, que notre sensibilité est réelle, pas simulée

    et ostensiblement démontrée parce que c'est profitable à une égoïste ambition. Bonne journée.

                                             Gérard Laglenne

                            Disparition d'un grand de la chanson :

    Il fallait malheureusement que cela  arrive!

     Charles Trenet et lui fêtaient leurs anniversaires ensembles

    car il étaient  nés le même jour... (pas  de la même année)

    Amicalement

                                              Claude Plocieniak

                                      Disparition d'un grand de la chanson :

    ...Quelle prodigieuse sensibilité  et quelle modestie...

    Toujours plein de curiosité, à 80 ans, il avait commencé à apprendre le russe.

     Chapeau l'artiste,

     Valya

                                        Disparition d'un grand de la chanson :
       Disparition d'un grand de la chanson :                                      

    On ne meurt pas lorsqu'on a laissé autant de traces et d'émotions dans les esprits et dans les mémoires.

        La mort c'est l'oubli, écrire c'est vivre en soi et pour les autres.

     Chanter c'est guérir : ses propres blessures, guérir les autres, émouvoir et donner de l'amour.

      Le poète et le chanteur, sont la mémoire du temps qui passe et de toutes les traces qu'il laisse

    sur les personnes; chanter juste, en poésie et avec sincérité et de bonnes intentions;

    c'est chercher à laisser des traces de bonheur  pour guérir, en coopérant à l'humanité.

     Le poète ressuscite à chaque fois qu'un vivant prononce le chant de ses mots, de ses émotions,

    des repères de vie qu'il aura laissés sur notre terre.

     Il se confond dès lors avec la vie et dans les êtres qui accueillent ses mots, ses vibrations de vie

    tracent ses traits lumineux dans les esprits des chanteurs, des danseurs, des auditeurs.

     Il reste de nos vies une mémoire reprise par ceux qui la ressentent positivement dans leurs vies.

     Charles Aznavour, ressuscite à chaque instant quelque part sur Terre. C'est le grand miracle des poètes

    et des chanteurs qui ont su saisir l'Univers et transmettre leurs émotions à leurs frères humains.

     La "Mnémè" se souvient de chacun en les autres combat l'oubli du néant en mettant des lumières d'étoiles

    pour repères de notre voyage

     Le poète Charles Aznavour a laissé une galaxie d'étoiles pour éclairer les chemins des émotions de nos vies.

     Il est déjà ressuscité ....

     Edmond AYVASIAN

                                                    Disparition d'un grand de la chanson :
     

    Chers amis

    J'arrive juste à Londres après trois jours de route et j'apprends cette étonnante nouvelle: il n'était donc pas immortel...

    Je ne veux rien ajouter à toutes les belles choses qui sont si bien dites par tant de monde en ce moment, mais j'ai deux leçons à tirer de la vie

    du 'Grand Charles' qui sont sans doute importantes et pour la SPF et pour la francophonie.

    (1) La SPF ne veut pas admettre parmi 'ses' poètes les paroliers. J'ai déjà fait remarquer qu'il s'agit là d'une erreur.

    Peut-être que tous les paroliers ne sont pas bons à prendre. Sans doute y en a-t-il de bons et de mauvais.

    Il en va de même pour les poètes, bien évidemment. N'empêche que Brassens et Aznavour auraient pu apporter un élan formidable

    à la Société des Poètes Français. Ils auraient également attiré des jeunes vers nous... D'ailleurs, sait-on exactement ce qu'est un 'parolier'?

    Je sais seulement qu'ils veulent prendre appui sur la musique, mais après tout, Apollon fait de même et  la muse

    qui nous sert de sigle brandit aussi un petit violon...

    (2) Tout le monde est d'accord pour dire qu'Aznavour a beaucoup fait dans le monde pour la francophonie. Et comment s'y est-il pris?

    Il avait la 'chance' de savoir chanter en russe, en espagnol, en italien, en anglais... Une chance qui reposait sur un énorme travail.

    Il n'a pas hésité à traduire ou faire traduire ses propres textes pour les chanter lui-même et les répandre autour de la planète

    C'est en allant vers le monde entier et en parlant beaucoup d'autres langues qu'il s'est fait connaître et respecter en tant que chanteur français.

    Cette démarche, à mon humble avis, n'est pas seulement la meilleure. Elle est aussi la seule possible aujourd'hui. Grande leçon.

    Ne nous enfermons pas dans l'hexagone...

    Bien amicalement

    Jean-Patrick Connerade, membre du Comité d'honneur

    Disparition d'un grand de la chanson :

     Aznavour a montré que, quand on a du talent, on n'a pas besoin d'être bardé de diplômes pour réussir

    Une leçon de courage et de ténacité contre le conformisme petit-bourgeois et la médiocrité. Outre le très grand auteur de chansons,

    c'est la force mentale de l'homme, sa vérité, et tout ce qu'il a fait pour l'Arménie que j'admire.

    À mardi, avec des inédits, et mon amitié,

    Michel Lamart, professeur de lettres

    Disparition d'un grand de la chanson :
     Hommage à Charles AZNAVOUR



    Voix un peu rauque, haute prestance

    Acquise avec acharnement,

    Sur scène, ont fait un Monument

    De ce modèle d’exigence.



    Il berça mon adolescence

    Livrant ses espoirs, son tourment,

    Voix un peu rauque, haute prestance

    Acquise avec acharnement.



    Heureux dans son rêve en Provence,

    Fier de son sort et père aimant,

    Semant partout l’égarement,

    Il a tiré sa révérence,

    Voix un peu rauque, haute prestance.

    André PÉLISSÉRO
     
     Disparition d'un grand de la chanson :
     
     
     
     
     
     
     
     
     

           
     
     
     
     
                      
         
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    21e Journées des dictionnaires

     

     21e Journées des dictoionnaires

     

    21e Journées des dictoionnaires

    21e Journées des dictionnaires

    Université de Cagliari (Italie)

     

    Nous avons le plaisir de vous communiquer que le 19 octobre 2018, nous organisons les « Vingt-unièmes Journées Italiennes des Dictionnaires », à l’Université de Cagliari, sur le sujet suivant :

     

    Dictionnaires et encyclopédies

    Hommage à Alain Rey

     

    Vous êtes toutes et tous invités.

     

    Ci-joint programme et affiches :

    Vingt-unièmes Journées Italiennes des Dictionnaires

    Exposition, Dictionnaires et encyclopédies (XVIIIe-XXIe siècles)

     

    Présentation des livres :

    Alain Rey, Hommage aux mots. L’intelligences des dictionnaires, préface de Giovanni Dotoli,

    Le Petit Robert de la langue française, édition des 50 ans, par Alain Rey, tableaux originaux de Fabienne Verdier,

    Giovanni Dotoli, Dictionnaire et jardin, L’Encyclopédie entre théorie et pratique, Giovanni Dotoli, Connaissance en poche ou De l’encyclopédie,

    Giovanni Dotoli - Mario Selvaggio - Éric Jacobée-Sivry - Jocelyne Verguin, sous la direction de, L’ Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et les projets encyclopédistes du XVIIIe siècle

    Mario Selvaggio, sous la direction de, Poésie et poétique dans l’Encyclopédie.

     

    21e Journées des dictionnaires

    21e Journées des dictionnaires

    21e Journées des dictionnaires

     

    21e Journées des dictionnaires

    21e Journées des dictionnaires

    21e Journées des dictionnaires

    21e Journées des dictionnaires

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Rencontre littéraire

     

    Rencontre littéraire :

     

    Rencontre littéraire

    Rencontre littéraire

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Éliane  Demazet

     Disparition

    Disparition

     

    Marthe Riperet-Sarrut

    MARTHE RIPERT-SARRUT

    Notre fidèle poétesse vient de nous quitter

    à l'âge de 105 ans......

     

    La belle.

    La belle aux yeux d’or

    Allait son chemin,

    Le ciel

    La contemplait

    Intensément.

    Elle,

    Ne voyait

    Que son cœur.

    MARTHE

    Marthe Ripert-Sarrut

     

    Marthe Ripert-Sarrut

     

     A Marthe……  

     

    Au seuil du premier chaos, 

    Effroyable génocide mondial, 

    Est née une colombe gracile 

    Qui survole toujours ce siècle. 

    Ame délicate et sensible 

    Venue de l’autre coté des océans. 

    La poésie fût son acte de vie, 

    La voie du beau son crédo, 

    La parole celle de la sagesse. 

    Le destin n’épargna certes pas 

    Notre poétesse toute de porcelaine, 

    La souffrance, l’injustice, le tourment, la peine, 

    La traversèrent, la blessèrent, la stigmatisèrent, 

    Mais tout pour elle 

    Prenait valeur d’évidence, 

    Prétexte de transcendance, 

    De destinée à assumer. 

    Elle fût de tous les combats humains, 

    Ceux des causes se voulant justes. 

    Si frêle, si fragile et pourtant, 

    La plume toujours accusatrice. 

    Marthe, c’est une main tendue 

    Vers les fruits de l’espérance, 

    Vers une terre de partage et de paix. 

    Vers ce vouloir sortir du désespoir 

    Pour aller vers l’amour. 

     

    Marthe ! 

     

    Majesté, 

    Amour, 

    Rayonnement, 

    Tolérance, 

    Harmonie, 

    Elévation. 

     

    Les hommes sages furent toujours  

    Ses maîtres à penser, 

    Chardin, Tagore,  Bachelard, Murti, Rilke, Valéry. 

    La poésie chez elle, ne peut passer 

    Que par ce qui touche à l’humanité, 

    Lui donnant l’impression 

    D’un souffle d’éternité. 

     

    Michel Bénard. 

     

    Marthe Ripert-Sarrut

     

       

     

     

      

         

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Allemagne

    Allemagne

    Allemagne

    ULI  ROTHFUSS 

    Délégué 

     

    Karlstr.10 

    D-90513 ZIRNDORF

    Tel: (+49) 1520 1604299

    urothfuss@gmx.de

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Bénélux

    Bénélux

    Bénélux 

    JEAN-LOUP  SEBAN

    Délégué

    avenue des Nerviers 51

    boite 18

    BP 1040 BRUXELLES     

    Belgique  

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Polynésie française

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Mali

    Mali

     

    Mali

    MAMADOU KANI KONATE

    Correspondant

     

    rue 600, porte 335

    Bco Djicoroni ACI

    BP 2753 BAMAKO

    nicadima@gmail.com

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Cergy-Pontoise

    Cergy-Pontoise

    Cergy-Pontoise

     

    Cergy-Pontoise

    NICOLE  DUBROMER

    correspondante

     

    nicole.dubromerpesquin@gmail.com

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Dédicace Gérard Olivier

    Gérard Olivier

    Dédicace Gérard Olivier

    Dédicace Gérard Olivier

     

    Dédicace Gérard Olivier

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Heure d'hiver 2018

     

    mettez le son :

     

    Heure d'hiver 2019

     

    Changement d'heure d'hiver 2019

    Le prochain changement d'heure nous fera donc basculer dans l'heure d'hiver. Il s'agit comme son nom l'indique du changement d'heure d'hiver, qui doit avoir lieu le dernier week-end du mois d'octobre, plus précisément dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 octobre 2019. A trois heures du matin, les aiguilles reculeront alors d'une heure, repassant à deux heures et nous faisant artificiellement gagner une heure de sommeil, mais perdre une heure de lumière en fin de journée, en plus du raccourcissement naturel et progressif des journées à l'approche du solstice d'hiver, en décembre.

     

    Date du changement d'heure (et sens des aiguilles) :

    La date du changement d'heure reste fixée de la même manière chaque année : le dernier week-end de mars pour le changement d'heure d'été et le dernier week-end d'octobre pour le changement d'heure d'hiver. Mais attention à ne pas s'emmêler les aiguilles : selon qu'il s'agisse du changement d'heure de l'une ou l'autre saison, le mouvement des aiguilles n'est pas le même ! 

    Pour le passage à l'heure d'été, on avance sa montre d'une heure : à 2 heures du matin, il est 3 heures

    Pour le passage à l'heure d'hiver, on recule sa montre d'une heure : à 3 heures du matin, il est 2 heures

    Autre distinction : le passage à l'heure d'été nous fait artificiellement perdre une heure de sommeil et nous décale de deux heures de l'heure GMT. Le changement d'heure d'hiver nous offre, lui, une heure de sommeil en plus tout en nous plaçant dans un décalage d'une heure par rapport à l'heure solaire.

    Heure d'été et sommeil :

    En comparaison de l'heure d'hiver, le changement d'heure d'été est réputé être le plus fatigant pour l'organisme, perturbant notamment notre rythme veille / sommeil. Si vous vous sentez à plat dans la foulée du passage à l'heure estivale, pas de panique donc  il faut parfois jusqu'à six jours pour se remettre de ce changement d'heure, selon la neurobiologiste Joëlle Adrien, consultée par LCI.

    Heure d'hiver 2018

     

     

    Heure d'hiver 2018

    Heure d'hiver 2018

    Heure d'hiver 2018

    Heure d'hiver 2018

     

    Heure d'hiver 2018

    Le ballet des heures

     Les heures sont des fleurs l'une après l'autre écloses

     Dans l'éternel hymen de la nuit et du jour ;

     Il faut donc les cueillir comme on cueille les roses

     Et ne les donner qu'à l'amour.

     

      Ainsi que de l'éclair, rien ne reste de l'heure,

     Qu'au néant destructeur le temps vient de donner ;

     Dans son rapide vol embrassez la meilleure,

     Toujours celle qui va sonner.

     

    Et retenez-la bien au gré de votre envie,

     Comme le seul instant que votre âme rêva ;

     Comme si le bonheur de la plus longue vie

     Était dans l'heure qui s'en va.

     

    Vous trouverez toujours, depuis l'heure première

     Jusqu'à l'heure de nuit qui parle douze fois,

     Les vignes, sur les monts, inondés de lumière,

     Les myrtes à l'ombre des bois.

     

    Aimez, buvez, le reste est plein de choses vaines ;

     Le vin, ce sang nouveau, sur la lèvre versé,

     Rajeunit l'autre sang qui vieillit dans nos veines

     Et donne l'oubli du passé.

     

     Que l'heure de l'amour d'une autre soit suivie,

     Savourez le regard qui vient de la beauté ;

     Être seul, c'est la mort ! Être deux, c'est la vie !

     L'amour c'est l'immortalité !

     Gérard de Nerval

     

    Heure d'hiver 2018

    LE TEMPS 

     Le temps 

    ce voleur d’amour 

     cet infini restreint 

    nous détruisant chaque jour. 

     

    Le temps 

    cet éternité de l’instant 

     qui nous ronge 

    qui nous emporte. 

     

    Le temps 

    cette étreinte désespérée 

     de la terre et du ciel 

    et de l’immensité. 

     

    Le temps 

    de la passion 

     de la tendresse... 

    ...et de la mort. 

     

    Le temps 

    s’enfuit déjà 

     et tout se dissout 

    rien ne demeure. 

    JFD

     

     

    Heure d'hiver 2018

    La sablier de Dieu

    Tandis qu'à l'horizon, les hordes d'adjectifs,
    Sur un chemin d'idées embrasent la pensée,
    Le mot soleil s'écrit sur la page annoncée
    Des futurs grignotant tous nos présents furtifs.

    La phrase a son silence aux verbes intuitifs,
    Cachée dans la forêt de la rime énoncée.
    Dans l'encrier des mers, la nuit s'est enfoncée
    Entre des pages d'algues aux poèmes craintifs.

    Le veilleur d'océan trace un chemin d'étoiles.
    Un vent de poésie emporte sous leurs voiles
    Les vaisseaux engloutis d'explorateurs du Temps.

    Par le chant de la harpe, une légende est née.
    Et les marins m'ont dit que pour chaque printemps
    Le sablier de Dieu décompte une journée.

    Jean MORAISIN
    Extrait de : Les matins clairs..

    *

    Tic-Tac

    Lorsque "l'insecte Temps" grignote à la pendule
    Mes pas tremblants d'humain, j'invente les contours
    D'un miroir d'apostrophe et son compte à rebours,
    Sous un oeil hypocrite, affiche et me calcule.

    Je suis un tatouage, animal ridicule !
    Je gesticule et nu dans les mailles des jours,
    J'affirme et me rassure en grognant des discours,
    Tandis qu'imperturbable, un oeil ... me minuscule.

    Je viens d'outre alphabet, du tombeau du jamais,
    Que le tic tac des morts égrène en "désormais" !
    Sur le drap du silence où mon ombre chinoise

    Ecarte le rideau du théâtre du vent,
    Je caresse une horloge, une bête sournoise,
    Qui m'attend, me connaît, qui me mord très souvent.

    Jean MORAISIN
    Extrait de Les sentiers invisibles

    Heure d'hiver 2018

     

    Oui, le temps...

    Source universelle d'inspiration pour tous les poètes !

    Je vous propose l'un de mes textes sur ce thème,

    Amitiés poétiques à toutes et à tous. Noël.

     

     

    Le temps perdu

    © Noël Métallier - Janvier 2017

     

    Celui qui pense que son temps

    Vaut si cher que c'est de l'argent,

    Je veux lui dire simplement :

    Ton temps, ce n'est que de l'argent !

     

    Le temps, c'est de la poésie,

    De la joie, de la fantaisie,

    Le temps, vois-tu, c'est un ami,

    Que tu sois là ou loin d'ici.

     

    Le temps est un jeu de lumières,

    Celui qui sait à quoi il sert

    Reste paisible à ne rien faire,

    À s'inventer un univers.

     

    Le temps n'appartient à personne,

    Surtout pas à ceux qui ordonnent,

    Ceux qui t'en prennent ou qui t'en donnent,

    Le temps passe et ça les s'étonne.

     

    C'est vrai que le temps est précieux,

    Pour les enfants, les amoureux,

    Ceux qui ne seront jamais vieux

    Et qui se moquent des envieux.

     

    Alors, marche tranquillement,

    L'air de rien, avance en rêvant,

    En flânant, les cheveux au vent,

    Prends soin de perdre tout ton temps

    Heure d'hiver 2018

     

    Spontanément et pour faire suite au poème de Noel Métallier, je me permets ces quelques mots.

    "Le temps, c'est de l'amour.

    Un jour, tu le sais.

    Le plus tôt, c'est le mieux.

    Et plus on le saura,

    meilleur le monde sera !"

    Merci,

    Marie-Christine/Chrismali

    Heure d'hiver 2018 

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Exposition Ecole de Barbizon

     

    Exposition Ecole de Barbizon

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    C'est la Toussaint

     

    C'est la Toussaint

     

    C'est la Toussaint

     

    C'est la Toussaint

     

     

     

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

    C'est la Toussaint

     

    Toussaint

     Paul Verlaine (1844-1896)

     

    Ces vrais vivants qui sont les saints,

    Et les vrais morts qui seront nous,

    C'est notre double fête à tous,

    Comme la fleur de nos desseins,

     

    Comme le drapeau symbolique

    Que l'ouvrier plante gaîment

    Au faite neuf du bâtiment,

    Mais, au lieu de pierre et de brique,

     

    C'est de notre chair qu'il s'agit,

    Et de notre âme en ce nôtre œuvre

    Qui, narguant la vieille couleuvre,

    A force de travaux surgit.

     

    Notre âme et notre chair domptées

    Par la truelle et le ciment

    Du patient renoncement

    Et des heures dûment comptées.

     

    Mais il est des âmes encor,

    Il est des chairs encore comme

    En chantier, qu'à tort on dénomme

    Les morts, puisqu'ils vivent, trésor

     

    Au repos, mais que nos prières

    Seulement peuvent monnayer

    Pour, l'architecte, l'employer

    Aux grandes dépenses dernières.

     

    Prions, entre les morts, pour maints

    De la terre et du Purgatoire,

    Prions de façon méritoire

    Ceux de là-haut qui sont les saints.

     

    Paul Verlaine. 

    C'est la Toussaint

     

    Vieille ferme à la Toussaint

    La ferme aux longs murs blancs, sous les grands arbres jaunes,

    Regarde, avec les yeux de ses carreaux éteints,

    Tomber très lentement, en ce jour de Toussaint,

    Les feuillages fanés des frênes et des aunes.

    Elle songe et resonge à ceux qui sont ailleurs,

    Et qui, de père en fils, longuement s’éreintèrent,

    Du pied bêchant le sol, des mains fouillant la terre,

    A secouer la plaine à grands coups de labeur.

    Puis elle songe encor qu’elle est finie et seule,

    Et que ses murs épais et lourds, mais crevassés,

    Laissent filtrer la pluie et les brouillards tassés,

    Même jusqu’au foyer où s’abrite l’aïeule.

    Elle regarde aux horizons bouder les bourgs ;

    Des nuages compacts plombent le ciel de Flandre ;

    Et tristement, et lourdement se font entendre,

    Là-bas, des bonds de glas sautant de tour en tour.

    Et quand la chute en or des feuillage effleure,

    Larmes ! ses murs flétris et ses pignons usés,

    La ferme croit sentir ses lointains trépassés

    Qui doucement se rapprochent d’elle, à cette heure,

    Et pleurent.

    Emile Verhaeren

     

    C'est la Toussaint

     

    "Les reliques du cœur ont aussi leur poussière"     

     Voici venu le temps où les feuilles jaunies

    Jonchent le sol boueux de leurs débris épars --

    Dans le ciel alourdi de brumes infinies

    Les lugubres corbeaux chantent de toutes parts.

     

    C'est le temps où chacun rend un culte pieux

    A ceux qu'il a connus quand ils étaient sur terre,

    Où l'âme cherche une âme et scrute en vain les cieux...

    Le temps qui voit fleurir le morne cimetière.

     

    O Vivants d'autrefois, qui n'êtes que des ombres

    En un monde inconnu jaloux de son secret,

    Savez-vous que mon cœur empli de pensers sombres,

    Garde de votre mort un éternel regret ?

     

    O Morts, par qui nos jours s'écoulèrent si doux,

    Nous vous gardons encor le meilleur de nous-même

    Puisqu'aux heures de deuil qu'obscurcit un ciel blême

    Nos souvenirs vous font vivants auprès de nous !...

    Alfred de Musset  

    C'est la Toussaint

    Novembre

    Les grand’routes tracent des croix

    A l’infini, à travers bois ;

    Les grand’routes tracent des croix lointaines

    A l’infini, à travers plaines ;

    Les grand’routes tracent des croix

    Dans l’air livide et froid,

    Où voyagent les vents déchevelés

    A l’infini, par les allées.

    Arbres et vents pareils aux pèlerins,

    Arbres tristes et fous où l’orage s’accroche,

    Arbres pareils au défilé de tous les saints,

    Au défilé de tous les morts

    Au son des cloches,

    Arbres qui combattez au Nord

    Et vents qui déchirez le monde,

    Ô vos luttes et vos sanglots et vos remords

    Se débattant et s’engouffrant dans les âmes profondes !

    Voici novembre assis auprès de l’âtre,

    Avec ses maigres doigts chauffés au feu ;

    Oh ! tous ces morts là-bas, sans feu ni lieu,

    Oh ! tous ces vents cognant les murs opiniâtres

    Et repoussés et rejetés

    Vers l’inconnu, de tous côtés.

    Oh ! tous ces noms de saints semés en litanies,

    Tous ces arbres, là-bas,

    Ces vocables de saints dont la monotonie

    S’allonge infiniment dans la mémoire ;

    Oh ! tous ces bras invocatoires

    Tous ces rameaux éperdument tendus

    Vers on ne sait quel christ aux horizons pendu.

    Voici novembre en son manteau grisâtre

    Qui se blottit de peur au fond de l’âtre

    Et dont les yeux soudain regardent,

    Par les carreaux cassés de la croisée,

    Les vents et les arbres se convulser

    Dans l’étendue effarante et blafarde,

    Les saints, les morts, les arbres et le vent,

    Oh l’identique et affolant cortège

    Qui tourne et tourne, au long des soirs de neige ;

    Les saints, les morts, les arbres et le vent,

    Dites comme ils se confondent dans la mémoire

    Quand les marteaux battants

    A coups de bonds dans les bourdons,

    Ecartèlent leur deuil aux horizons,

    Du haut des tours imprécatoires.

    Et novembre, près de l’âtre qui flambe,

    Allume, avec des mains d’espoir, la lampe

    Qui brûlera, combien de soirs, l’hiver ;

    Et novembre si humblement supplie et pleure

    Pour attendrir le coeur mécanique des heures !

    Mais au dehors, voici toujours le ciel, couleur de fer,

    Voici les vents, les saints, les morts

    Et la procession profonde

    Des arbres fous et des branchages tords

    Qui voyagent de l’un à l’autre bout du monde.

    Voici les grand’routes comme des croix

    A l’infini parmi les plaines

    Les grand’routes et puis leurs croix lointaines

    A l’infini, sur les vallons et dans les bois !

    Emile Verhaeren (Les vignes de ma muraille)

     

     

    C'est la Toussaint

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
Image du Blog virtuellife.centerblog.net
Source : virtuellife.centerblog.net sur centerblog.