• Ma France

     

     

    Ma France

     

    Ma France

     

    Ma France

     

    Ma France

     

    Ma France

     
     

     

     

     

     

    A la France
     

    Personne pour toi. Tous sont d'accord. Celui-ci,
    Nommé Gladstone, dit à tes bourreaux : merci !
    Cet autre, nommé Grant, te conspue, et cet autre,
    Nommé Bancroft, t'outrage ; ici c'est un apôtre,
    Là c'est un soldat, là c'est un juge, un tribun,
    Un prêtre, l'un du Nord, l'autre du Sud ; pas un
    Que ton sang, à grands flots versé, ne satisfasse ;
    Pas un qui sur ta croix ne te crache à la face.
    Hélas ! qu'as-tu donc fait aux nations ? Tu vins
    Vers celles qui pleuraient, avec ces mots divins :
    Joie et Paix ! Tu criais : Espérance ! Allégresse !
    Sois puissante, Amérique, et toi sois libre, ô Grèce !
    L'Italie était grande ; elle doit l'être encor.
    Je le veux ! Tu donnas à celle-ci ton or ;
    A celle-là ton sang, à toutes la lumière.
    Tu défendis le droit des hommes, coutumière
    De tous les dévoûments et de tous les devoirs.
    Comme le boeuf revient repu des abreuvoirs,
    Les hommes sont rentrés pas à pas à l'étable,
    Rassasiés de toi, grande soeur redoutable,
    De toi qui protégeas, de toi qui combattis.
    Ah ! se montrer ingrats, c'est se prouver petits.
    N'importe ! pas un d'eux ne te connaît. Leur foule
    T'a huée, à cette heure où ta grandeur s'écroule,
    Riant de chaque coup de marteau qui tombait
    Sur toi, nue et sanglante et clouée au gibet.
    Leur pitié plaint tes fils que la fortune amère
    Condamne à la rougeur de t'avouer pour mère.
    Tu ne peux pas mourir, c'est le regret qu'on a.
    Tu penches dans la nuit ton front qui rayonna ;
    L'aigle de l'ombre est là qui te mange le foie ;
    C'est à qui reniera la vaincue ; et la joie
    Des rois pillards, pareils aux bandits des Adrets, 

    Victor HUGO

     

    Ma France

     

    Ma France

     

    La France

    Poète honore-là
    Souci de la Beauté non souci de la Gloire
    Mais la Perfection n’est-ce pas la Victoire
    Ô poètes des temps à venir ô chanteurs
    Je chante la beauté de toutes nos douleurs
    J’en ai saisi des traits mais vous saurez bien mieux
    Donner un sens sublime aux gestes glorieux
    Et fixer la grandeur de ces trépas pieux
    L’un qui détend son corps en jetant des grenades
    L’autre ardent à tirer nourrit les fusillades
    L’autre les bras ballants porte des seaux de vin
    Et le prêtre-soldat dit le secret divin
    J’interprète pour tous la douceur des trois notes
    Que lance un loriot canon quand tu sanglotes
    Qui donc saura jamais que de fois j’ai pleuré
    Ma génération sur ton trépas sacré
    Prends mes vers ô ma France Avenir Multitude
    Chantez ce que je chante un chant pur le prélude
    Des chants sacrés que la beauté de notre temps
    Saura vous inspirer plus purs plus éclatants 

     Guillaume Apollinaire

     

    Ma France

    Ma France

     

    Ma France

     

     

     

     

     

    Souvenir du pays de France
     
    Romance.
    Combien j’ai douce souvenance
    Du joli lieu de ma naissance !
    Ma soeur, qu’ils étaient beaux les jours
    De France !
    O mon pays, sois mes amours
    Toujours !


    Te souvient-il que notre mère,
    Au foyer de notre chaumière,
    Nous pressait sur son coeur joyeux,
    Ma chère ?
    Et nous baisions ses blancs cheveux
    Tous deux.

    Ma soeur, te souvient-il encore
    Du château que baignait la Dore ;
    Et de cette tant vieille tour
    Du Maure,
    Où l’airain sonnait le retour
    Du jour ?

    François-René de Chateaubriand

     

    Ma France

     

    Ma France

     

     

     

     

     

    Le pays

    Ma France, quand on a nourri son coeur latin
    Du lait de votre Gaule,
    Quand on a pris sa vie en vous, comme le thym,
    La fougère et le saule,

    Quand on a bien aimé vos forêts et vos eaux,
    L’odeur de vos feuillages,
    La couleur de vos jours, le chant de vos oiseaux,
    Dès l’aube de son âge,

    Quand amoureux du goût de vos bonnes saisons
    Chaudes comme la laine,
    On a fixé son âme et bâti sa maison
    Au bord de votre Seine,

    Quand on n’a jamais vu se lever le soleil
    Ni la lune renaître
    Ailleurs que sur vos champs, que sur vos blés vermeils,
    Vos chênes et vos hêtres,

    Quand jaloux de goûter le vin de vos pressoirs ;
    Vos fruits et vos châtaignes,

    Anna de Noailles

     

    Ma France

    Villanelle


    De loin je te salue, ma France !
    A toi ne cesse de songer, 
    Berceau fleuri de mon enfance. 

    Or, dès la prime adolescence 
    Je rêvais de ports étrangers. 
    De loin je te salue, ma France !

    Cœur débordant d’exubérance 
    Je t’ai quittée, le pied léger, 
    Berceau fleuri de mon enfance.

    Moins de soleil et d’indolence,
    Sevrée des joies du bien manger,
    De loin je te salue, ma France !

    Malgré toutes les différences, 
    Un doux foyer fut ménagé.
    Berceau fleuri de mon enfance,

    Chaque revoir pour les vacances
    Me laisse un regret passager. 
    De loin je te salue, ma France,
    Berceau fleuri de mon enfance.

    Ma France

     Ma France

     

     

     

     

     

     

    Hier, 12 mai 2018, à Paris, le terrorisme a de nouveau frappé lâchement et mortellement sa 246ème victime en France
    depuis 2015.

    Dimanche 11 janvier 2015 - Marche citoyenne en France -

    Liberté

    Aujourd'hui, c'est la fête ! Et pourtant dans les coeurs,
    L'amour drapé de noir avance avec tristesse.
    La France se recueille en digne politesse.
    Difficile de dire où sont les vrais vainqueurs ?

    A l'évidence, il sont nos "turbulents croqueurs" !
    Un peuple est réuni. La haine prophétesse
    Essuie un camouflet dans sa scélératesse.
    La foule écrit avec sagesse ses rancoeurs.

    Ô France, mon pays, ma terre et ma patrie,
    Combien de fois blessée, au plus profond meurtrie,
    Tes enfants ont vaincu les pires ennemis !

    Les Français sont debout, sans qu'à Dieu n'en déplaise.
    République, en ce jour, comme ils te l'ont promis,
    Entends tes fils chanter l'immense "Marseillaise"!

    Jean Moraisin

    Extrait du recueil "Le sommeil des pierres".

    Ma France

     

     

     

    Ma France

    Ma France

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


Image du Blog virtuellife.centerblog.net
Source : virtuellife.centerblog.net sur centerblog.