• Noël 2018

     

     

    Noël 2018

     

    Noël 2018

    Noël

     

    Noël

     

    Noël

     

    Noël

    Noël 2018

     

    Noël 2018

     

     

     

     

     

    Noël

    Noël

     

    Noël
    Théophile Gautier

    Le ciel est noir, la terre est blanche ;
    – Cloches, carillonnez gaîment ! –
    Jésus est né ; – la Vierge penche
    Sur lui son visage charmant.

    Pas de courtines festonnées
    Pour préserver l’enfant du froid ;
    Rien que les toiles d’araignées
    Qui pendent des poutres du toit.

    Il tremble sur la paille fraîche,
    Ce cher petit enfant Jésus,
    Et pour l’échauffer dans sa crèche
    L’âne et le boeuf soufflent dessus.

    La neige au chaume coud ses franges,
    Mais sur le toit s’ouvre le ciel
    Et, tout en blanc, le choeur des anges
    Chante aux bergers : » Noël ! Noël ! »

    *****

     

     

     

     

     

     

     

     


     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    MARY
    Dimanche 2 Décembre à 18:41

    Merci pour vos voeux.En retour recevez les miens très sincères, un joyeux Noel à tous!. Félicitation pour le Blog de la S.P.F. très bien conçu et toujours agréable à regarder.

    J'adresse toutes mes amitiés à l'équipe.

    2
    Vial albert
    Mercredi 5 Décembre à 20:13

    Egalement, un grand MERCI pour vos voeux de Noel .Pour toute l'équipe d'AGORA ainsi qu'aux membres du comité de la SPF je vous souhaite un bon reste ( verbiage du nord ) un doux Noel et une très joyeuse fin d'année avant de vous souhaiter la nouvelle.  Albert VIAL

     

     

     

     

     

     

     

    L’ARBRE DE NOEL

     

     

     

     

    Belle fête que Noël! Je vois son sapin

    Eclairé par mille petites lucioles,

    Avec garnissant les branches, des babioles

    Unies par des guirlandes,…et des lapins.

     

    Vers le plafond, dans la lumière du matin,

    Elégamment il projette cette fiole

    Peinte d’or, et renversée ; une carriole…

    Tirée, à même l'ouate, par des lutins.

     

    Bien d’autres petits objets étonnants encore

    Luisent, enfuis en son sein, qui viennent d’éclore.

    Au sol, posé sous ses plus grands rameaux, l’on voit,

    Nu, chauffé par l’âne, le bœuf, le petit être

    Chéri par tous sur terre. Je reste sans voix,

    Emu par la scène prise d’une fenêtre. 

      

     

     

     

     

    A.  VIAL

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


Image du Blog virtuellife.centerblog.net
Source : virtuellife.centerblog.net sur centerblog.