•  

    Rencontres poétiques 

     

    Vesdun 2016

    Vesdun 2016

    Vesdun 2016

    Vesdun 2019

     

    Vesdun 2019

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    vous trouverez ci-dessous

    le règlement

    en français

    et anglais

      

    2020/2021

    Concours Poésie jeunes

    Concours Poésie jeunes

     

    2020/2021

      INTERNATIONAL  FRANCOPHONE

     SOCIÉTÉ DES POÈTES FRANÇAIS

    RÈGLEMENT CONCOURS INTERNATIONAL

    POÉSIE JEUNESSE FRANCOPHONE 2020-2021

    Ouvert du 20 juin 2020 au 15 février 202

    Article 1 : Sont appelés à participer à ce concours gratuit, les jeunes poètes francophones, par candidatures individuelles ou collectives de la classe de CP jusqu’à 25 ans révolus à la date de clôture du concours, scolarisés ou non.

    Article 2 : Seront acceptés de 1 à 3 poèmes ou un tapuscrit inédit (10 poèmes maximum), rédigés en langue française.

    Article 3 : Tous les modes d’écriture poétique - classique, néoclassique, libre ou libérée, prose poétique, haïkus – sont acceptés, thème libre. Les traductions sont exclues.

    Article 4 : Les lauréat(e)s des années précédentes ne pourront concourir l’année suivant l’obtention de leur prix.

    Article 5 : Les poèmes ou tapuscrits sont à adresser exclusivement en pièce jointe au format WORD (Times New Roman, taille 12 ou 14) à Nicole Portay, Responsable du concours jeunesse : spfconcours.jeunes@gmail.com avec copie au Président de la S.P.F. : spf.jeancharlesdorge@gmail.com

     Article 6 : En tête de chaque poème ou tapuscrit seront notés : - les nom et prénom de l’auteur(e), sa nationalité, - sa date de naissance, son niveau scolaire - et l’adresse complète de son établissement - son adresse postale complète (pays y compris), - son numéro de téléphone, - une adresse-mèl de contact.

    Article 7 : Chaque participant est tenu au respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur. Par conséquent, il doit s’assurer que la conservation et la diffusion de sa contribution ne constituent pas, notamment : - Une atteinte aux droits de propriété intellectuelle d’un tiers (reproduction/représentation d’un élément soumis à des droits de propriété intellectuelle, une marque, un modèle déposé, etc. sans autorisation préalable expresse du titulaire des droits) ; - Une atteinte aux droits des personnes (atteinte à la dignité humaine, atteinte aux droits de la personnalité : droit à l’image, droit au nom, droit au respect de la vie privée, diffamation, insultes, injures, etc.) ; - Une atteinte à l'ordre public et aux bonnes mœurs (apologie de crimes contre l'humanité, incitation à la haine raciale, pornographie, incitation à la violence, etc.).

    Article 8 : Le jury se réserve le droit de la dénomination des prix attribués. Ses décisions sont sans appel.

    Article 9 : Le palmarès sera adressé par courriel à tous les participants, entre le 30 mars et le 25 avril 2021. Ce palmarès sera affiché sur le blog de la Société des Poètes Français. www.societedespoetesfrancais.net Les lauréats, qui recevront un diplôme, seront avisés de la date et du lieu éventuel de remise des prix par les délégués ou correspondants. Le cas échéant, ils recevront leur prix par courrier.

    Article 10 : La SOCIÉTÉ DES POÈTES FRANÇAIS, seule destinataire des candidatures, se réserve le droit de publier les poèmes reçus avec le nom de l’auteur(e), primés ou non, sur tout support existant. (Affichage, presse, page Facebook, blog de la SOCIÉTÉ DES POÈTES FRANÇAIS , etc.). Les lauréats ou leurs tuteurs légaux seront invités à signer une autorisation d’utilisation du droit à l’image et à la voix.

    Article 11 : Chaque lauréat aura le droit de se prévaloir de son prix, soit dans sa biobibliographie, soit par un avis apposé sur l’ouvrage primé, en indiquant : « Lauréat du Concours International Poésie Jeunesse 2021 décerné par la Société des Poètes Français ».

    Article 12 : La seule participation implique l’acceptation sans réserve du présent règlement.

    Article 13 : Pour tout renseignement, s’adresser à Nicole Portay spfconcours.jeunes@gmail.com 

     

    Concours Poésie jeunes

     

    ci-dessus le règlement en français 

    traduit en anglais ci-dessous

    par

    DOMINIQUE BOUTAUD

     (translated by Dominique BOUTAUD-USA)

    Concours Poésie jeunes règlement en français et anglais

    Concours Poésie jeunes règlement en français et anglais

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    * Parlons français* étude

     

    Parlons français

     

     


    PARLONS PEU, PARLONS FRANÇAIS

    Depuis Senghor, l’expérience a toujours prouvé que ce ne sont pas les Français de souche qui sont les mieux placés pour défendre la langue de Molière. La France gagnerait à être francophoniquement correcte pour sauver le français menacé par l’intrusion de l’anglais. Cela dit, nous constatons avec tristesse l’utilisation outrancière du franglais dans le paysage langagier des Français et c’est à juste titre que nous recommandons vivement à tout un chacun la lecture du livre de Yves Laroche-Claire «Eviter le franglais », paru chez Albin Michel, dans la collection Les dicos d’or de Bernard Pivot.
    Mis à part le déferlant langage «branché» ou postmoderniste qui échappe tant de fois à l’entendement et condamné par les puristes, il faut signaler que le parlé de certains jeunes de banlieues n’est pas fait pour augmenter la cote du français.
    Par ailleurs, les animateurs de télé nous bombardent avec des termes on ne peut plus éloignés de notre vécu au point de se demander si c’est notre vocabulaire qui est pauvre ou le leur. A bien réfléchir, aujourd’hui les acteurs de la communication s’éloignent des normes de la linguistique en versant dans le parler tendance comme pour nous dire que: « si vous, vous ne parlez pas franglais vous êtes un has been.
    Il ne se passe jamais un jour sans qu’on lise dans les journaux ou qu’on entende dans la pesse audiovisuelle ou dans la conversation courante des mots issus de la langue de Shakespeare. Que de termes éloignés de notre champ lexical, auxquels n’a-t-on pas eu recours pour «charpenter» notre discours au quotidien? Ainsi on risque d’être victime d’une surdose (pardon, une overdose !) d’anglais.
    Il est à se demander s’il pullule autant de mots français dans le parler des Anglais. Oh! que non. Bon appétit, bon voyage ou quelques autres peccadilles suffisent largement. On va dire qu’il ne faut pas en faire trop pour si peu car une langue doit évoluer et que l’emprunt est le fort de toutes les langues. Soit. «L’excès en tout nuit» dit La Fontaine. Ca suffit, tentons plutôt de sauver les petits bijoux de la langue française qui tendent à disparaître comme le constate Bernard Pivot dans « 100 MOTS A SAUVER» paru chez Albin Michel. Eh oui, le français est en perte de vitesse ! Une langue est le baromètre du niveau économique et intellectuel d’un pays. Ne peut-on pas considérer cette situation comme symptomatique de la décadence de la France; car rappelons que Chateaubriand face à la décadence de l’empire romain avait conclu que  «Le génie n’a qu’un siècle après quoi il faut qu’il dégénère » cf (Grandeur et décadence des Romains). Alors, quel sera le sort du français? Les étudiants non francophones seront-ils toujours entichés d’apprendre cette .langue quand on leur laissera entendre qu’ils sont has been s’ils ne sont pas branchés ou qu’ils doivent aller à «C’est mon choix» pour un relooking car leurs vêtements ne sont pas customisés. Entendre à n’en plus finir des vocables comme crooner, mailing, listing, booster surbooker, manager, brainstorming, discount, dispatching, il y a de quoi y perdre son français et Malherbe doit forcément se retourner dans sa tombe.
    Les hommes d’affaires, (pardon, les businessmen!) pensent qu’on est plus convaincant en employant le jargon anglais inhérent à la stratégie commerciale (pardon, au marketing !). Le pire c’est qu’il existe des écrivains et des journalistes assez complaisants pour abonder dans leur sens en véhiculant leur langage. La langue française étant une des plus belles langues du monde et de surcroît très riche, il suffit de se remuer les méninges pour trouver les mots français équivalents. En fin de compte, disons avec Boileau que « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement / Et les mots pour les dire arrivent aisément ».

    Maggy DE COSTER

     

    * Parlons français* étude

    * Parlons français* étude

    * Parlons français* étude

    * Parlons français* étude

     

    * Parlons français* étude

     

     BRAVO Maggy !!!

    Il y aurait tant à dire en effet...

    Pourquoi ne pas reconnaître l'exception française et veiller ainsi à sa perennité ?

    Perdre ses racines linguistiques fait mourir à petit feu. Faire table rase est une lubie de changement.

    Grandir la langue française, la préserver, la choyer, la transmettre...

     n'exclue pas la valeur des autres langues. Chacune a son particularisme.

    C'est un vivre ensemble harmonieux et non un mélange, qui perdurera.

    Résistons devant l'excès sans renoncer à certaines concessions.

    Qui vivra, verra.

    Amitiés poétiques d'Elizabeth

     

    * Parlons français* étude 

     

    Pour les férus de la langue française, un petit bijou que vous ne connaissiez peut-être pas.

    · Le plus long mot palindrome de la langue française est « ressasser ». C'est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens.

    · « Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e ». C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun « e ».

     · L'anagramme de « guérison » est « soigneur » C'est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.

    · « Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.

     · « Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette».

     · « Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave. Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

     · Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot. Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».

     · « Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle. Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel. C'est ainsi!

     · « Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] ..

     « oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles.

     

    CHANTAL PAYS 

     * Parlons français* étude

    Bonjour

    Je suis tout à fait d'accord avec vous pour souligner le fait que l'intrusion de l'anglais prend des allures catastrophiques. je travaille dans l'enseignement supérieur et il est terrible de constater que les plus diplômés sont à l'avant-garde de ce mouvement d'anglicisation. Je ne donnerai aucun exemple mais des structures comme le CNRS (entre autres) jouent un rôle catastrophique (évaluations demandés en anglais, dossiers à rédiger en anglais) le français semble suivre le mouvement du breton au XVIIIe-XIXe siècle qui a d'abord été abandonné par ses élites. Arrivé à un certain point, les autres ont du suivre.

     

    Par contre, je mettrais un bémol à votre remarque sur les jeunes des banlieues. Le paradoxe est que les "petits blancs" s'entichent de chanter en anglais, mais qui chante en français, se fatigue à rimer et à faire vivre le français ? Les rappeurs et les enfants d'immigrés. C'est un grand paradoxe que les enfants des étrangers soient sont aujourd'hui ceux qui font le mieux vivre notre langue

    Stéphane Rosière

     * Parlons français* étude 

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    Mémento manifs Paris

     

    Mémento manifs Paris

     

    aucune manifestation en novembre à la SPF

    confinement obligatoire

     

    Mémento manifs Paris

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     Aix-en-Provence

     Aix-en-Provence

    YANNICK  RESCH

    y.resch@gmail.com

     Aix-en-Provence

    Nous reprenons nos activités poétiques å Aix en Provence, avec la nécessité de trouver un nouveau lieu en novembre - Pour le présent, le Café poésie que j'anime se tient toujours au restaurant le Coton rouge le premier jeudi de chaque mois  de 18h à 19h30: lecture de poèmes écrits ou choisis  par les membres- Le mercredi 22 septembre  18h à 19h30 : présentation de Charles Juillet, toujours au Coton rouge- En octobre les réunions auront lieu encore au Coton Rouge - Jeudi 1er octobre lecture - Mercredi 21 octobre présentation de Rilke

     

     

    Aix-en-Provence

     

     Nos réunions aixoises de février pour le Café poesie :

      le 6 février autour du thème des objets quotidiens:poèmes inédits écrits par quelques uns d'entre nous et recherche parmi les poètes des XIXe et XXe siècles

     Le 19 février soirée consacrée à Verlaine

     En mars dans le cadre du Printemps des poètes je fais un récital poétique autour du thème du courage

    avec deux autres amis poètes à la bibliothèque de la Mejanes le 19 mars à 18h

    Bien cordialement

    Yannick

    Aix-en-Provence

     


    Les activités du Café poésie (une vingtaine de participants) s'organisent autour de 2 rencontres mensuelles : le 1er jeudi et le 3ème mercredi du mois
    5 décembre 2019 et 9 janvier 2020   de 18h à 19h30 restaurant Le coton rouge lecture de poèmes inédits et textes choisis par les membres du groupe du Café poésie précédés d'un exercice de style : écriture d'un petit poème avec refrain

    18 décembre 2019 et 15 janvier 2020 de 18h-19h30 La Brasserie du Cours rencontre poétique -

    Aix-en-Provence

     

    rencontre poétique :

    Le 1er jeudi de chaque mois de 18h à 19h30 restaurant Le Coton rouge, rue du Coton rouge chaque membre du groupe (entre 15 et 20 personnes) vient lire ou dire des poèmes de son choix 4 ou 5 d'entre nous lisons nos propres créations mais ce n'est pas régulier. Je propose en outre de commencer la soirée par un petit exercice poétique   que je donne à l'avance celle qui est animée par Michel Cahour, un membre de notre groupe- Mercredi 20 février 2019de 18h à 19h30 restaurant la Brasserie du cours -Cours Mirabeau autour d'un poète qui est présenté par un membre (Un quart d'heure environ) suivi d'un choix de textes lus par d'autres. Yannick RECH parlede François Villon.

    Aix-en-Provence

     

    Aix-en-Provence

    Aix-en-Provence

     

     La poésie était à l'honneur dimanche 22 septembre, journée du patrimoine, grâce au Café poésie que j'anime

     La belle salle des Etats de Provence, à la mairie d'Aix  nous a ouvert gracieusement ses portes.

     

    Aix-en-Provence

     

    Aix-en-Provence

     

    Aix-en-Provence

     

    Aix-en-Provence

     

     

     

    Aix-en-Provence

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     Eygalières

      Eygalières

    ROBERT  CERULEI

    route du Mas Daubergne

    13810 Eygalières

     Eygalières

    BOUCHES DU RHÔNE Robert CERULEI Correspondant à EYGALIERES

    -Organisation après-midi poétique à EYGALIERES dans le cadre du Printemps des poètes -Projet d’une soirée poésie à La Case à Palabres à SALON DE PROVENCE -Prises de contacts et Rencontres « travail » sur projet rassemblement d’associations poétiques de la région avec des ouvertures sur le Vaucluse 

    Eygalières  

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Strasbourg

     

    Strasbourg

    ALIX  LERMAN-ENRIQUEZ

    alix.enriquez@sfr.fr

     *

    Strasbourg

    Premier Prix concours jeunesse 2019

     

    Strasbourg  Strasbourg

     Jeanne Rocklin * CM2/6e

     

    Strasbourg

    École Aquiba à Strasbourg :

    Hedva Pardo, classe de CM1  *  Gamiel Steinberg, classe de terminale

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Dédicaces/Signatures

     

    Dédicaces/Signatures

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Triptyque SPF

    Triptyque SPF

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Nouvel an 2019*1*

     

     

    Nouvel an 2019*1*

     

     

     

    Nouvel an 2019*1*

     

     

     

     

    Nouvel an 2019

    Bonne année

    Voici la nouvelle année
    Souriante, enrubannée,
    Qui pour notre destinée,
    Par le ciel nous est donnée :
    C' est à minuit qu' elle est née.
    Les ans naissent à minuit
    L'un arrive, l'autre fuit.
    Nouvel an ! Joie et bonheur !

    Pourquoi ne suis-je sonneur
    De cloches, carillonneur,
    Pour mieux dire à tout le monde
    À ceux qui voguent sur l'onde
    Ou qui rient dans leurs maisons,
    Tous les vœux que nous faisons
    Pour eux, pour toute la Terre
    Pour mes amis les enfants
    Pour les chasseurs de panthères
    Et les dompteurs d'éléphants.

    Tristan Derème (1889-1941)

    Nouvel an 2019

     

    Bonne année

    Bonne année à toutes les choses,
    Au monde, à la mer, aux forêts.
    Bonne année à toutes les roses
    Que l’hiver prépare en secret.

    Bonne année à tous ceux qui m’aiment
    Et qui m’entendent ici-bas.
    Et bonne année aussi, quand même,
    À tous ceux qui ne m’aiment pas.

    Rosemonde Gérard (1871-1953)

    Nouvel an 2019

     

    Le premier jour de l'an

    Les sept jours frappent à la porte.
    Chacun d'eux vous dit : lève-toi !
    Soufflant le chaud, soufflant le froid,
    Soufflant des temps de toute sorte
    Quatre saisons et leur escorte
    Se partagent les douze mois.
    Au bout de l'an, le vieux portier
    Ouvre toute grande la porte
    Et d'une voix beaucoup plus forte
    Crie à tout vent : premier janvier !

    Pierre Menanteau

    Nouvel an 2019

     

    Le matin des étrennes

    Ah ! quel beau matin, que ce matin des étrennes !
    Chacun , pendant la nuit, avait rêvé des siennes
    Dans quel songe étrange où l'on voyait joujoux,
    Bonbons habillés d'or, étincelants bijoux,
    Tourbillonner, danser une danse sonore,
    Puis fuir sous les rideaux,puis reparaître encore !
    On s'éveillait matin, on se levait joyeux ,
    La lèvre affriandée, en se frottant les yeux ...
    On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
    Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,
    Et les petits pieds nus effleurant le plancher,
    Aux portes des parents tout doucement toucher ...
    On entrait ! ...puis alors les souhaits ... en chemise,
    Les baisers répétés, et la gaieté permise !

    Arthur Rimbaud

     

     

    Nouvel an 2019

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Nouvel an*2*

     

    nouvel an en vidéos

    musique classique

    Nouvel an*2*

    Nouvel an*2*

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

    Accueil 2020

      

    C'est la rentrée à la SPF

       Société des Poètes Français

    16, rue Monsieur Le Prince

    75006 PARIS

    (métro Odéon ou Luxembourg)

    stepoetesfrancais@orange.fr

     

    ACCUEIL

    Accueil 2020

     PERMANENCE TÉLÉPHONIQUE :

    mardi et jeudi

    15 h. à 18 h.

     01-40-46-99-82

     

    ACCUEIL

    Accueil 2019

     SITE :

    www.societedespoetesfrancais.eu

    *

    BLOG :

    http://www.societedespoetesfrancais.net/

     

     

    ACCUEIL

    Accueil 2020

    https://www.facebook.com/societe.lespoetesfrancais.7

     

    ACCUEIL

    ACCUEIL

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Société_des_poètes_français
     

    ACCUEIL

    Accueil 2020

    Nos vidéos, diaporamas musicaux, musique

     

    ACCUEIL

     

    ÉDITIONS  SOCIÉTÉ DES POÈTES FRANÇAIS * PARIS 

    Accueil 2020

     à compte d'éditeur

     

    ACCUEIL

    La bibliothèque de nos éditions SPF

     Accueil 2020

     

    ACCUEIL

     

    Accueil 2020

    Accueil 2020

    nos expositions d'art (peinture, sculpture, photographie, art digital) 

     

    ACCUEIL  

     

    Accueil 2020

    Atelier de diction

    *

    Atelier de poésie

     

     ACCUEIL

     

    Accueil 2020

    https://www.youtube.com/playlist?list=FL0IElFBx4rhbl55SLoiWn_w 

     

    ACCUEIL

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

       

    "Le verbe au fil des nuances"  

     

    Atelier de poésie

     

     

    Ateliers de poésie

     

    Ateliers de poésie

     

    (certaines dates sont susceptibles de changements s'informer avant)

    Ateliers de poésie

     

    MANIFESTATIONS A VENIR :

     

     Atelier de poésie

     

    MANIFESTATIONS A VENIR :

    SEPTEMBRE 2019 :

    (libre) mercredi 4 septembre de 15 h. à 18 h.

    (classique) lundi 16 septembre 15 h. à 18 h.

     Atelier de poésie

     

    MANIFESTATIONS A VENIR :

    OCTOBRE 2019 :

    (libre) mercredi 2 octobre de 15 h. à 18 h.

    (classique) lundi 21 octobre de 15 h. à 18 h.

     Atelier de poésie

     

    MANIFESTATIONS A VENIR :

    NOVEMBRE 2019 :

    (libre) mercredi 6 novembre de 15 h. à 18 h.

    (classique) lundi 18 novembre de  15 h. à 18 h.

     Atelier de poésie

     

    MANIFESTATIONS A VENIR :

    DÉCEMBRE 2019 :

    (libre) mercredi 4 décembre de 15 h. à 18 h.

    (classique) lundi 16 décembre de 15 h. à 18 h.

     Atelier de poésie

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Exposition photos

    Exposition photos

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     Ateliers de poésie

    Ateliers de diction

     

    ATELIER DE DICTION 

     Ateliers de diction

    Animé par 

    Roselyne CHEVALIER 

     Comment faire passer la parole du poète ? Par la voix et par la gestuelle : tout le corps participe à la transmission du verbe.  

    Nous commencerons par le travail de la voix : respiration, articulation, intonation. Diction de la poésie classique avec le respect de la prosodie (métrique, nombre de pieds) et diction de la poésie libre : dans les deux cas, nous ferons un travail sur le rythme et il est recommandé d’avoir l’oreille musicale. Car le poème a sa propre mélodie.  

    Nous passerons ensuite à l’attitude corporelle : conscience du corps dans l’espace, mouvements, verticalité. 

    Enfin, nous passerons à l’émotion qui est une partie importante de l’atelier : que dit le poème (sa compréhension) ? Comment vais-je le dire à partir de ma compréhension ? Je dois ressentir les émotions du poète pour pouvoir les transmettre à un auditoire. Pour cela, je vais faire appel à mes souvenirs émotionnels et à ma mémoire sensorielle (cf. la madeleine de Proust).  

    Voici un exemple :  

    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant 

    D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime 

    Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même 

    Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend 

     Extrait du sonnet Mon rêve familier de Paul Verlaine 

     Dans ce cas de figure, il y les images du rêve (une femme à l’apparence changeante), un idéal amoureux (que j’aime et qui m’aime) et de compréhension (et me comprend). Nous allons donc travailler le surgissement des images, le sentiment amoureux et l’union de l’âme (l’amour) et de l’esprit (compréhension). Nous nous pencherons évidemment sur le sens premier du poème sachant que Verlaine a souffert de la mort d’une jeune cousine dont il était amoureux puis de sa propre mère. Et la meilleure façon de faire passer un poème, c’est de le vivre. 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Origines de la poésie grecque

    Origines de la poésie grecque

    Origines de la poésie grecque

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Rencontres poétiques  2019

     

    Vesdun 2016

    Vesdun 2016

    Vesdun 2016

     

    Rencontres poétiques 2019

     

    Rencontres poétiques 2019

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Saint-Valentin 2019

     

     

    Saint-Valentin 2019

     

     

    Saint-Valentin 2019

     

    Origine de la St Valentin

    La Saint-Valentin symbolise aujourd'hui la fête des amoureux sans nul doute, mais ses origines sont sujettes à bien des hypothèses. La fête des lupercales ou Lupercalia, observée dans la Rome antique, semble être l'origine païenne de la Saint Valentin. Valentin est un martyr, ou plusieurs martyrs, dont l'histoire est assez floue, mais qui fut élevé en martyr au 3e ou 4e siècle.

    L'église chrétienne combattit les lupercales en vain durant le 4e et 5e siècle, période durant laquelle de nombreux rites païens ont été remplacés par des fêtes chrétiennes. Les lupercales furent associées à la Saint-Valentin sans toutefois disparaître, jusqu'au Pape Gélase 1er (492 - 496), qui réussit à supplanter cette survivance païenne à travers une violente lettre Contra Lupercalia qui interdit aux chrétiens de participer aux lupercales.

    Au Moyen Age, Valentin devient le patron des fiancés afin de correspondre à la période de reproduction des oiseaux. Les jeunes femmes désignaient alors leur fiancé comme leur Valentin, un terme dont l'origine provient peut-être du terme galantin. Les femmes tentaient d'en savoir plus sur leur futur mari en guettant les oiseaux le 14 février : un rouge-gorge signifiait que le mari serait un marin, un moineau annonçait un mariage heureux mais pauvre, tandis que le chardonneret figurait un homme riche comme mari1.

    Par la suite, la Saint-Valentin perdura, notamment à travers la Fête des Brandons (premier dimanche de Carême), durant laquelle les cavaliers des jeunes filles étaient appelés valentins. La Saint-Valentin déclina jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle les Anglo-saxons la remirent au goût du jour. Les échanges de petits mots d'amour, répandus depuis le 17e siècle en Grande-Bretagne3, devinrent populaire en France. En 1965, la fête est entérinée par l'Union des commerçants de France et la Loterie nationale, avec le soutien des amoureux de Peynet.

     

     

    en hommage à Michel Legrand :

     

    Saint-Valentin 2019

     

    SAINT  VALENTIN

     A la Saint-Valentin

    Je t’offre mes mots en guirlande

    Comme des fleurs fraîchement cueillies.

    Je t’écris des ciels amoureux où

    Prisonniers de ma plume en cavale

    Tant d’oiseaux volent dans tes yeux.

    A la Saint-Valentin

    Je voudrais te peindre des mots d’amour

    Mais je préfère te les écrire

    Et mes doigts sont impatients de t’aimer.

    A la Saint-Valentin

    J’ai tant de choses à te dire

    Mes pensées dansent sans cesse

    Et ne peuvent se lasser

    De te redire encore une fois

    Tendrement

    « Je t’aime ! »

     J.- F D

     Saint-Valentin 2019

     

     

    Recueil : Mes heures perdues (1833)

    Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
    Un amour éternel en un moment conçu :
    Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,
    Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

    Hélas ! j'aurai passé près d'elle inaperçu,
    Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
    Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,
    N'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

    Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,
    Elle suit son chemin, distraite et sans entendre
    Ce murmure d'amour élevé sur ses pas.

    À l'austère devoir, pieusement fidèle,
    Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle
    Quelle est donc cette femme ? et ne comprendra pas.

    Félix Arvers (1806-1850)

    Saint-Valentin 2019

     

     

    Recueil : Le fou d'Elsa (1963)

    Que ce soit dimanche ou lundi
    Soir ou matin minuit midi
    Dans l'enfer ou le paradis
    Les amours aux amours ressemblent
    C'était hier que je t'ai dit
    Nous dormirons ensemble.

    C'était hier et c'est demain
    Je n'ai plus que toi de chemin
    J'ai mis mon cœur entre tes mains
    Avec le tien comme il va l'amble
    Tout ce qu'il a de temps humain
    Nous dormirons ensemble.

    Mon amour ce qui fut sera
    Le ciel est sur nous comme un drap
    J'ai refermé sur toi mes bras
    Et tant je t'aime que j'en tremble
    Aussi longtemps que tu voudras
    Nous dormirons ensemble.

    Louis Aragon
    (1897-1982)

    Saint-Valentin 2019

     

     

    Recueil : Romances et poésies (1664)

    L'eau qui caresse le rivage, 
    La rose qui s'ouvre au zéphir, 
    Le vent qui rit sous le feuillage, 
    Tout dit qu'aimer est un plaisir.

    De deux amants l'égale flamme 
    Sait doublement les rendre heureux. 
    Les indifférents n'ont qu'une âme ; 
    Mais lorsqu'on aime, on en a deux.

    Madeleine de Scudéry

    Saint-Valentin 2019

     

     

    Je t'aime tant

    Recueil : Le délire de l'amour (1780)

    Je t'aime tant, je t'aime tant : 
    Je ne puis assez te le dire, 
    Et je le répète pourtant 
    À chaque fois que je respire. 
    Absent, présent, de près, de loin, 
    Je t'aime est le mot que je trouve : 
    Seul, avec toi, devant témoin, 
    Ou je le pense ou je le prouve.

    Fabre d'Églantine

    Saint-Valentin 2019

     

    Nous dormirons ensemble.

    Recueil : Le fou d'Elsa (1963)

    Que ce soit dimanche ou lundi
    Soir ou matin minuit midi
    Dans l'enfer ou le paradis
    Les amours aux amours ressemblent
    C'était hier que je t'ai dit
    Nous dormirons ensemble.

    C'était hier et c'est demain
    Je n'ai plus que toi de chemin
    J'ai mis mon cœur entre tes mains
    Avec le tien comme il va l'amble
    Tout ce qu'il a de temps humain
    Nous dormirons ensemble.

    Mon amour ce qui fut sera
    Le ciel est sur nous comme un drap
    J'ai refermé sur toi mes bras
    Et tant je t'aime que j'en tremble
    Aussi longtemps que tu voudras
    Nous dormirons ensemble.

    Louis Aragon
    (1897-1982)

    Saint-Valentin 2019

     

    Jouissance.

    Recueil : Poésies (1658)

    Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,
    Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur
    Triomphe impunément de toute ma pudeur
    Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

    Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;
    Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur
    Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur
    Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée.

    ô vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas
    Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,
    Apprenez les transports dont mon âme est ravie !

    Une douce langueur m'ôte le sentiment,
    Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,
    Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.

    Marie-Catherine de Villedieu.
    (1632-1683)

    Saint-Valentin 2019

     


    Chanson de Fortunio.

    Recueil : Poésies nouvelles (1850)

    Si vous croyez que je vais dire
    Qui j'ose aimer,
    Je ne saurais, pour un empire,
    Vous la nommer.

    Nous allons chanter à la ronde,
    Si vous voulez,
    Que je l'adore et qu'elle est blonde
    Comme les blés.

    Je fais ce que sa fantaisie
    Veut m'ordonner,
    Et je puis, s'il lui faut ma vie,
    La lui donner.

    Du mal qu'une amour ignorée
    Nous fait souffrir,
    J'en porte l'âme déchirée
    Jusqu'à mourir.

    Mais j'aime trop pour que je die
    Qui j'ose aimer,
    Et je veux mourir pour ma mie
    Sans la nommer.

    Alfred de Musset

    Saint-Valentin 2019

     

     

    Mon rêve familier.

    Recueil : Poèmes saturniens (1866)

    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
    Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
    Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

    Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
    Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
    Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
    Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

    Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
    Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
    Comme ceux des aimés que la Vie exila.

    Son regard est pareil au regard des statues,
    Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
    L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

    Paul Verlaine

    Saint-Valentin 2019

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Parutions/Recensions*5

    Parutions/Recensions*5

    10

    Dernières parutions de nos membres parmi de très nombreuses parutions à nos Éditions

    (recueils avec recensions*10)

    *

    Parutions de nos membres*2*RC

     

     

    Vous trouverez  un bulletin de commande

    sur notre site

    Pour commander un recueil, se renseigner au siège, on ne peut indiquer le tarif du recueil choisi

    nous ne sommes pas une entreprise commerciale

    *

    Parutions/Recensions*10

    par MICHEL  BENARD

    poeta honoris causa

     

    Parutions de nos membres

     

    Parutions/Recensions*6

     Parutions/Recensions*5

    Parutions/Recensions*10

    Recension : Nicole Portay : «  Fileuse d’espoir » Editions les Poètes français –  

    Préface Michel Bénard – Illustrations Auguste Haessler - 

    Format 15x21 – Nombre de pages 83 - 

     Et si la poésie était une question de survie, de salut, alors mieux vaut sous le sceau de la confiance emboiter le pas sécurisant de la « Matriarche ».  

    La « Fileuse d’espoir » est en fait une semeuse qui patiemment veille en son jardin refuge à la germination des graines sacrées. Si l’ombre est parfois présente dans cette œuvre, c’est pour mieux percevoir la lumière, la caresser et la déposer à sa juste place, là, précisément au centre du cœur et de l’esprit jusqu’à l’enchâssement escompté. 

    Nicole Portay avance en poésie dans une posture semblable à celle du pèlerin de station en station sur les degrés de l’élévation. Ses vers sont assoiffés de liberté, sont ciselés, sont peaufinés, la qualité d’une écriture soignée est la meilleure garantie pour l’élévation et la compréhension de la poésie, cela notre poétesse l’a parfaitement compris.  

    Bien loin des textes des premières heures, désormais nous sommes face à une véritable métamorphose, similaire à l’image de la chrysalide carapacée allant jusqu’à l’éclosion d’un merveilleux papillon multicolore. 

    Si Nicole Portay rêve parfois de devenir poète, elle l’est bel et bien et sur une margelle élevée. 

    Le poète est assimilé au magicien, au sourcier qui avance avec sa baguette de coudrier et c’est bien ce qui est évoqué dans le poème « Baladin », il traverse le miroir, il parsème de poudre d’or les terres en jachère et : 

    « ...rend la semence de l’univers 

    Au sillon de la terre. »     

    La poétesse Nicole Portay porte des yeux d’amour protecteur sur ses petits-enfants et les invite à danser au bord des étoiles. 

    Cependant notre poétesse a conscience que la voie initiatique pour retrouver l’origine de l’amour la plonge dans l’épreuve des défis et des tolérances. 

    Alors peut-être est-il sage de se fier à son ange qui viendra de ses ailes : 

    « Enlacer les blessures de ton âme 

    Sur un fil d’argent naissant. » 

     Michel Bénard. 

    Parutions/Recensions*5


    Parutions/Recensions*10Recension : « La ronde des jours » de Marie-Anne Trémeau-Böhm. 

    Editions les Poètes français. 2018.  format 15x21 nombre de pages 39. 

     Pour « La ronde des jours » Marie-Anne Trémeau-Böhm nous prend par la main et nous entraine en son jardin pour une farandole pastorale où flottent quelques parfums d’humus, de mousse et de fleurs. 

    Mais la beauté est fugitive, éphémère et notre poétesse a parfaitement conscience que le temps est court pour vouloir en capter toutes les nuances. 

    Au travers de textes courts, Marie-Anne Trémeau-Böhm exprime l’essentiel de son ressenti face aux variations de la nature, véritable ronde des saisons, des jours, des intempéries, des éclaircies. 

    Cet ouvrage est un peu l’herbier du poète naturaliste où court un écureuil, où s’envole un héron cendré, où planent des senteurs d’herbes sèches et de terre humide. 

    Nous côtoyons beaucoup de sensibilité colorée, de fraîcheur qui s’infiltrent ente ces lignes, de simplicité aussi où souffle un vent d’authentiques valeurs. Une rose y discute avec un coin de ciel bleu. 

    Le spectacle de la nature est permanent. Tout se métamorphose et chaque matin devient un étonnement, un ravissement. 

    Dans cette folle farandole bucolique, ce sera le corbeau qui aura le dernier mot, n’est-il pas un peu ce prince noir du jardin ? Il « Pousse un cri. » et les « Les jours passés reviennent et défilent. » en une ronde éternelle.  

      Michel Bénard. 

    Parutions/Recensions*5

     

    Parutions/Recensions*10Recension : «  Sur les lèvres de l’aurore » de Frédéric Fautrier. 

    Editions les Poètes français 2018.  Format 15x21. Nombre de pages 87. 

    Illustration de couverture : « I’m falling in love » de Jean Fautrier. 

     En prélude du récent ouvrage de Frédéric Fautrier au titre révélateur « Sur les lèvres de l’aurore » une interrogation se soulève, nous rapportant à l’auteur de « Fleurs noires », du « Nu noir », de « L’encrier de Jean Paulhan » ou encore les « Otages ». 

    Un lien « obsidien » évident, une filiation entre le grand peintre Jean Fautrier et le poète Frédéric Fautrier. Aucun doute, mais peu importe une chose est certaine, il y a une résonnance entre les deux créateurs, ce qui d’ailleurs ne saurait nous déplaire.   

    L’œuvre libre par l’expression de son écriture s’ouvre sur un parfum de femmes oscillant entre Eos et Eros en s’extirpant de l’oppression des ténèbres. 

    Avec Frédéric Fautrier nous effleurons une sorte d’ésotérisme de l’Amour, une initiation, un rituel enivré d’élixir miellé, nous plongeons dans un espace charnel subtil et contenu toujours à la frontière d’un romantisme sensible et d’un érotisme suggéré. 

    Même dans une pénombre « obsidienne », il arrive que l’amour permette de voir perler les larmes du ciel, c’est bien là toute la magie de la poésie. 

    Tout est contenu dans le seul regard d’une femme, un sourire complice, un silence mutin, la brillance d’une lèvre. 

    L’écriture pareille à l’esprit du poète se veut libre et musicale. 

    Corps, mains, pression, extase se mêlent dans une danse effrénée, un frissonnement des chairs. L’Amour enivre, le poète s’y perd, prend peur mais se relie à l’intime.  

    L’amour, lui, devient un grand paysage qui s’ouvre sur l’horizon de l’inconnu. 

    Parfums troublants, douceurs suaves, embrassements, tout ce trésor est préservé aux creux des mains du poète. 

    Tout est fragile écume, tout s’efface, tout s’estompe même l’amour qui peut cependant se transformer en amitié. 

    Nous sommes dans l’élévation de l’hymne au principe même de la vie. 

    L’amour est un jeu de la métamorphose allant jusqu’à nous transformer en être androgyne lié à une seule flamme jumelle. 

    Pour qui sait pénétrer les mystères de ce jardin secret, cet ouvrage est une véritable anthologie de délicates sensibilités qui pourrait se comparer à une promesse divine ou sublime caresse. 

    Notre poète est un amoureux inconditionnel ébloui par les pulsions de la vie et pour qui la femme demeure un inaccessible miroir de l’âme à l’éternel questionnement. 

     Michel Bénard. 

            Parutions/Recensions*5

    Parutions/Recensions*10Recension : Carole Ottaviani Marmouset – Poèmes du Vendredi – Editions les Poètes français.

    Nombre de pages 63 – format 15x21.

     Poésie, élan, narration, tel est le souffle du recueil : « Poèmes du Vendredi » de notre poétesse Carole Ottaviani Marmouset, qui fait l’introspection du temps qui s’écoule et fuit à notre insu, et que rien ne peut endiguer. C’est un état de fait, une évidence, mais qui sont évoqués d’une jolie façon en alexandrins ou vers irréguliers, qu’importe, la note est posée sur de belles images. Cet ouvrage est un florilège de souvenirs retrouvant les traces de l’enfance. La mémoire se veut pèlerine ou livresque en quête de signes de beauté. C’est une respiration de vie, une farandole, l’émoi d’un premier cri. Du regard circulaire de la femme, Carole Ottaviani Marmouset tente de saisir le germe de la vie au rythme de l’éphémère. Par la poésie notre amie métamorphose son quotidien en nous rappelant que nous sommes dans un perpétuel voyage aux destinées inconnues où l’homme se perd dans l’indifférence de la solitude du monde. Mais l’homme peut aussi vite devenir immonde, vil, prédateur qui excelle à corrompre les consciences. Carole Ottaviani Marmouset souligne également les Vendredis où l’obscurantisme, l’apologie sectaire peuvent vite transformer certains de ses adeptes en tyrans sanguinaires déshumanisés, en tortionnaires pervers. Enfin il ne nous reste plus qu’à caresser l’espoir de déployer les ailes de l’amour. Faire de la vie une parole riche de promesse où jamais, ivre de sa cadence, le temps ne s’arrête.

     « Alors sans haine et sans violence

    J’attends comme une délivrance.../... »

     Michel Bénard.

     Parutions/Recensions*5

     

    Parutions/Recensions*10Recension : Benoit Arcadias – « Sursis » -  

    Editions les Poètes français  - format 15x1 – nombre de pages 59 – 

     Cet ouvrage de Benoit Arcadias mérite une grande attention car « Sursis » ne peut pas nous laisser indemne. La vie ne fait pas de cadeaux et pour certains encore un peu moins. La cadence est donnée au rythme de l’existence, poésie résolument libre et irrégulière, oui, mais quelle poésie ! Avec ce point de convergence vers une solitude programmée, la nostalgie des errances passées, avec retour à une possible sobriété. Belle et douce consolation, alors il reste l’évasion de l’écriture. L’écriture est celle de la rue, celle de la dérision aux senteurs de banlieues, celle de l’expérience vécue. Une poésie aux odeurs des refuges de nuit, de transpiration et d’haleines fétides. D’ailleurs se voulant plus narration et confession que poésie, mais l’important est que l’essentiel soit dit. Il est dit ! Les misères, les haines, les regrets, mais aussi la solidarité des pauvres gens, des exclus, des délinquants qui tenaillent les cas de conscience et désespoirs. Un recueil ? Non, un hymne aux naufragés de la société, aux victimes d’un système qui prend mais ne redistribue pas. Alors c’est la « loi » des bandes de quartiers, aux esprits brumeux, déconnectés, aliénés. C’est le grand questionnement sur le chemin d’une existence en errance. La vie ici se déroule comme une bobine de fil à coudre et le recueil contient tout le poids des désarrois, le doute s’installe comme le glas. Oui, Benoit Arcadias nous lance en pâture une poésie qui respire la dramaturgie, l’alcool, la cocaïne, une poésie qui crie l’échec, mais surtout une poésie qui permet à l’homme de se relever, en vous crachant à la « gueule » une vérité que l’on voudrait cacher au nom de l’hypocrisie du politiquement correct. Pour « toucher les contours de l’insignifiance.../... » nous touchons aussi le mal de vivre, l’asile de secours, la vue sur cour de l’hôpital, le bistrot mal lavé avec ses brèves graveleuses, puis on se croit en « Sursis » et : 

                                               « Après on se dit que la vie est bien faite. »  

     Encore faut-il y croire.      

     Michel Bénard. 

     Parutions/Recensions*5

       

    Parutions/Recensions*10Recension : - Viviane Aussaresses-Nau – « L’aquarelle du temps »

    Préface de Christian Malaplate -  

    Editions les Poètes Français - 75 pages – formant 15x21 - 4 ème trimestre 2018.

      Son préfacier, notre ami et poète Christian Malaplate y voit une poésie mouvante, à l’image du temps présent et que porte la musique du cœur. L’image est généreuse et je la cautionne.

    Cette poésie se présente comme un voyage narratif chargé d’émotion au quotidien. Invitation à quelques promenades pastorales au cœur des senteurs végétales.

    Viviane Aussaresses-Nau se met en observance du monde qui l’entoure et laisse ses rêves s’envoler et butiner les fleurs de l’amour. L’amour, sorte de tourbillon qui nous chavire comme un tango au rythme des mots d’extase et de douce béatitude. Mais l’amour est aussi départ, déchirures, l’amour est un baladin du désir qui engendre des fantasmes que l’on rêve d’assouvir en nuances sensuelles. Ici la poésie devient parfois un voyage intemporel au cœur d’une toile aux songes éphémères. C’est une poésie qui porte les senteurs des nuits polynésiennes saturées de monoï et de fleurs de tiaré où l’on croit voir l’apparition de la silhouette de Paul Gauguin. Viviane Aussaresse-Nau cultive son jardin lunaire au rythme d’une musique indéfinie, rêve de graver par l’acte de l’écriture ce que l’impitoyable passage du temps efface patiemment. La vie a comme le rire ses éclats, ses fulgurances, ses errances. L’écriture se libère, se contracte ou s’étire mais court jusqu’au terme de ses passions. Texte gravant la simple beauté de l’impression dans les méandres incertains et parfois cruels de la vie.

     Michel Bénard.

    Parutions/Recensions*5 

     

      

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
Image du Blog virtuellife.centerblog.net
Source : virtuellife.centerblog.net sur centerblog.