•  

     

    Nord

     

    Nord

    Nord

    JEAN  MORAISIN 

    lesmatinsclairs@aol.com

    Nord

     

    à venir

     

     

     

    Partager via Gmail

  •  

     

    Toutes nos manifestations  de novembre

    annulées, obligation de confinement

     

     

    Alain Rey nous a quitté

    disparition d'un membre de notre Comité d'Honneur

    ALAIN  REY

     

    Alain Rey nous a quitté

     

    Alain Rey nous a quitté

     

                                                     Alain Rey

    l’un des maîtres d’œuvre du dictionnaire Le Robert, est mort

    Auteur de nombreux ouvrages, historien, amateur d’art et de gastronomie, chroniqueur à la radio, le lexicographe et lexicologue est mort à l’âge de 92 ans.

    Par Lucien Jedwab  Le Monde  28/10/2020

    « On ne présente pas Alain Rey. » C’est ainsi qu’était régulièrement introduit dans les conférences ou les émissions auxquelles il participait le lexicographe et lexicologue amoureux des mots, dont le nom reste attaché à celui des dictionnaires Le Robert. Son visage au front dégarni encadré de longs cheveux blancs, sa moustache, ses lunettes et ses vêtements de dandy savamment désassortis en avaient fait un personnage familier, sorte de savant à la Professeur Tournesol, chassant les mots avec son filet à papillons.

    Mais c’est surtout sa voix, tranquille et posée, que, de 1993 à 2006, les auditeurs de France Inter avaient pris l’habitude de retrouver chaque matin dans « Le Mot de la fin ». Car, non content d’être un « géologue » du vocabulaire, érudit aux connaissances encyclopédiques, linguiste, historien, amateur d’art et de gastronomie, Alain Rey, qui est mort le 28 octobre, à Paris, à l’âge de 92 ans, était un passionnant conteur. Il savait partager son immense savoir avec gourmandise, éminçant à plaisir l’histoire des mots, pour mieux exhaler parfum et saveurs – comme lorsqu’on prépare la truffe.

    Alain Rey est né le 30 août en 1928 à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme), dans une famille catholique. Son père, polytechnicien et… ténor amateur, était aussi bibliophile, passion qu’il transmit à son fils. La formation du jeune « Rrreye », très tôt amoureux des mots, ne cessa pourtant pas de bifurquer, des mathématiques vers la littérature, puis des études de médiéviste et Sciences Po vers le journalisme économique. Dans l’intervalle, il résilia son sursis et fit l’école d’officiers de Cherchell, en Algérie. Une expérience qui le marqua durablement : il ne vit chez les colons que mépris et, chez les officiers de Saint-Cyr, arrogance et « racisme non avoué ».

    Petite annonce

    En répondant à une petite annonce parue dans… Le Monde, le jeune Alain Rey fit une rencontre déterminante. En effet, au tournant des années 1950, l’héritier d’une riche famille pied-noir d’Orléansville, Paul Robert, frustré des limites des dictionnaires existants, nourrissait le projet d’un ouvrage de type nouveau, basé non plus seulement sur l’ordre alphabétique, mais aussi sur des renvois analogiques (l’intertextualité avant l’heure…). Sa référence : le dictionnaire d’Emile Littré (1801-1881). Alain Rey participa à cette « entreprise imaginative et invraisemblable » aux côtés de Josette Debove, sa future épouse. Celle-ci, lexicographe, sémiologue et universitaire, est morte en 2005, après une vie commune et une collaboration de cinquante années. Le couple n’a pas eu d’enfants, mais les nombreux ouvrages auxquels ils ont contribué constituent une postérité sans égal.

    Et tout d’abord le « Grand Robert », dont la première édition (1953-1966), sous l’autorité de Paul Robert, sera suivie d’une deuxième (en 1985), avant une nouvelle édition augmentée (en 2001, avec Danièle Morvan). Un travail titanesque de réactualisation, exigeant la minutie de moines bénédictins, mais qui a bénéficié au fil du temps des apports de l’informatique et des techniques d’impression les plus performantes. Bien loin des fiches manuscrites de Paul Robert, à Casablanca, lors des débuts de l’entreprise…

    En 1967 parut la première édition du Petit Robert (sous la triple houlette d’Alain Rey, Josette Rey-Debove et Henri Cottez), qui, « remanié et amplifié », fut suivi du Petit Robert des noms propres. Incontestable nouveauté par rapport à son concurrent, le septuagénaire Petit Larousse illustré : une plus grande ouverture au français du Québec ou de Bruxelles, une aptitude à capter l’air du temps, à intégrer les mots de tous les jours, y compris les onomatopées ou les mots argotiques. Alain Rey, grand et éclectique lecteur, n’hésita pas à illustrer les définitions par des exemples issus de la littérature vivante, de Céline à Frédéric Dard en passant par Raymond Queneau. Le Petit Robert est, à sa manière, un enfant de Mai 68.

    Un Dictionnaire des expressions et locutions (avec Sophie Chantreau) suivit en 1979, dont la préface, dense, introduit à une lecture butineuse et ludique. A la manière d’un précédent ouvrage coécrit avec son compère Jacques Cellard, titulaire de la « Chronique du langage » dans Le Monde de 1971 à 1985 : le Dictionnaire du français non conventionnel (le « Non con », paru chez Hachette), florilège d’expressions argotiques et fleuries, où le sexe sous toutes ses formes et l’argent procuré de toutes les manières possibles sont rois.

    Vulgarisation intelligente

    Autre étape majeure, la publication d’un Dictionnaire historique de la langue française, en 1992. Le succès fut au rendez-vous. Racontée avec rigueur mais dans un style vivant, l’histoire des mots s’y lit comme un roman. La publication, en 2005, du Dictionnaire culturel en langue française a constitué un autre moment-clé du travail collectif mené par Alain Rey. Là, la grande innovation, ce sont ces encadrés qui viennent éclairer par des citations ou des développements les définitions de la partie lexicographique.

    Parallèlement à son activité de directeur éditorial, Alain Rey n’a cessé de publier des ouvrages tantôt savants, tantôt de vulgarisation intelligente, prouvant, s’il en était besoin, qu’il n’est pas nécessaire d’être abscons pour être rigoureux. Parmi ceux-ci, deux biographies originales : celle d’Emile Littré, l’inspirateur de Paul Robert (Gallimard, 1970), et celle d’Antoine Furetière (1619-1688), ancêtre des lexicographes modernes (Fayard, 2006) ; des ouvrages de lexicologie, dont un passionnant Dictionnaire amoureux des dictionnaires (Plon, 2011) ; un « Découvertes » Gallimard sur le français (2008) ; des « Que sais-je ? », collection dont le nom lui allait comme un gant. Car Alain Rey fut, à cheval sur deux siècles, un héritier érudit mais toujours modeste des humanistes de la Renaissance, de Rabelais surtout, qu’il pratiquait au quotidien. Ainsi que des savants, penseurs et philosophes perses, hébreux, arabes ou grecs qui ont élaboré, traduit et transmis nombre d’écrits fondamentaux de l’humanité.

    Ayant pour mot favori l’adjectif « luciférienne » (qui vient de Lucifer, littéralement le « porteur de lumière »), Alain Rey ne laissa à personne le plaisir de rédiger un Dictionnaire amoureux du diable (Plon, 2013), à mettre entre toutes les mains. Un de ses derniers ouvrages, illustré par des calligraphies de Lassaâd Metoui, raconte Le Voyage des mots. De l’Orient arabe et persan vers la langue française (Guy Trédaniel Editeur, 2013). Rappelant avec pertinence que les langues sont sans patrie et se jouent des frontières…


    Alain Rey en quelques dates :

    30 août 1928 Naissance à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme)

    1952 Début de la collaboration avec Paul Robert (1910-1980), en vue de la création d’un nouveau dictionnaire

    1953 Premier volume du Grand Robert

    1967 Première édition du Petit Robert

    1985 Nouvelle édition du Grand Robert de la langue française

    1992 Dictionnaire historique de la langue française

    1993-2006 Il tient la chronique « Le Mot de la fin » sur France Inter

    2011 Dictionnaire amoureux des dictionnaires (Plon)

    2013 Dictionnaire amoureux du diable (Plon)

    2018 Hommage aux mots (Hermann)

    28 octobre 2020 Mort à Paris

    Lucien Jedwab

     

    Alain Rey nous a quitté

     

    Alain Rey :

    « L’hostilité au père a été quelque chose de fondamental »

    Je ne serais pas arrivé là si… « Le Monde » interroge une personnalité sur un moment décisif de son existence. Cette semaine, le lexicologue revient sur son éducation pendant la seconde guerre mondiale avec un père aux côtés « noirs », et sur l’aventure du « Robert ».

    Propos recueillis par Sandrine Blanchard Le Monde  Publié le 08 septembre 2019

    Entretien. Lexicologue, rédacteur en chef des publications des éditions Le Robert, ancien chroniqueur sur France Inter, Alain Rey continue, à 91 ans, d’enrichir le Dictionnaire historique de la langue française, dont la huitième édition en coffret poche sort le 3 octobre. Pour la première fois, le visage de ce spécialiste des mots, croqué par l’auteur-dessinateur Riad Sattouf, fait la couverture du « Petit Robert » 2020.

    Je ne serais pas arrivé là si…

    Si je n’avais pas eu beaucoup de chance dans mon enfance entre une mère exagérément affectueuse, qui me lisait beaucoup d’histoires, et un père qui, tout en étant polytechnicien, était très musicien, chanteur et bibliophile. J’ai été bercé par Bach et Schubert dès ma plus tendre enfance. Et je ne serais pas arrivé là si je n’avais pas passé des vacances d’été à La Bourboule en Auvergne. Il pleuvait souvent, alors je lisais énormément, notamment des bandes dessinées. Il y avait les permises (Tintin, Jo et Zette dans le magazine Cœurs vaillants) et les interdites (comme HurrahMandrake le magicien, Guy l’Eclair). Bien sûr, c’est celles-là que je préférais !

    « J’étais un enfant catholique surveillé comme tel. J’ai joué le jeu jusqu’à 14 ans. Puis j’ai eu l’impression que ce régime-là était uniquement fait pour gêner, empêcher, interdire »

    Quels souvenirs remontent lorsque vous pensez à votre enfance ?

    Mon enfance a été pas mal bousculée par la guerre et une longue absence de mon père, coincé en Iran où il dirigeait des travaux. Mais ça ne m’a pas traumatisé car les gens qui comptaient le plus dans ma vie, c’étaient des femmes : ma mère, mes deux sœurs et deux grands-mères, l’une qui était comme une copine et l’autre, sévère, habillée de noir, modèle d’énergie. Elle avait eu dix-sept enfants – quatorze en vie – et, après la mort de son mari, dirigeait la brasserie familiale. Et puis j’avais une série d’oncles et de tantes religieux : deux chartreux, un capucin, une « sœur blanche » et une clarisse.

    Quelle influence cela a-t-il eue sur vous ?

    J’étais un enfant catholique surveillé comme tel. J’ai joué le jeu jusqu’à 14 ans. Puis j’ai eu l’impression que ce régime-là était uniquement fait pour gêner, empêcher, interdire. J’avais le sentiment d’une extraordinaire comédie. Je me suis révolté passivement : je ne communiais plus et je ne suis plus allé à l’église.

    Aviez-vous déjà un amour des mots ?

    Ah oui, cela, c’est de tout temps ! Mes lectures, mon goût pour le vocabulaire, me prenaient beaucoup. A l’école, je dessinais des espèces de schémas en écrivant, par exemple, toutes les parties d’un bateau – les cacatois, les artimons n’avaient aucun secret pour moi ! – juste pour le plaisir des mots. Cela me titillait mais je ne savais pas du tout que ça pouvait être un métier. Tout m’intéressait, même les noms propres. Je me souviendrai toujours du jour où j’ai découvert que l’écrivain dont je lisais le nom avec peine et que je prononçais « Chaquespire » n’était autre que le Shakespeare dont parlaient mes parents quand ils allaient au théâtre ! Ça a été une révélation ! Si c’était comme ça pour un nom, qu’est-ce que ça devait être pour l’ensemble !

    Donc une enfance heureuse malgré la guerre ?

    Mais avec un côté noir chez mon père, qui était d’extrême droite au début – il a évolué après –, et passablement antisémite. Ça a servi à ma prise de conscience personnelle. A La Bourboule, pendant l’Occupation, j’ai eu un premier choc sur les préventions insupportables de mon père contre certaines personnes. Il y avait pas mal de réfugiés. Presque tous mes profs de cette époque étaient d’Europe centrale. J’ai découvert une culture et des gens adorables.

    Il y a une anecdote que je n’oublierai jamais : pendant l’Occupation, j’étais fanatique d’astronomie. J’avais persuadé mon père de m’acheter une lunette d’occasion. Le propriétaire qui la vendait était un homme insupportable, extrêmement antisémite, et mon père a eu une belle leçon. Le type l’a regardé de profil et lui a demandé : « Vous ne seriez pas un peu juif, vous ? » J’ai vu mon père blêmir, je me suis dit : « Bien fait pour lui, ça lui apprendra à vivre ! »

    Et contrairement à votre père, vous avez choisi de faire des études littéraires…

    Cela lui aurait fait plaisir que je me lance dans des études scientifiques. Mais je ne voulais pas obéir bêtement à des lois extérieures. J’ai fait une année d’hypokhâgne qui m’a beaucoup apporté, avec un prof de littérature qui nous a fait découvrir Henri Michaux, qui reste l’un de mes poètes favoris ; puis plusieurs certificats de licence, et Sciences Po qui m’a essentiellement servi à jouer au poker ! J’ai raté l’examen de sortie parce qu’on m’a posé des questions sur des trucs fiscaux… Je n’ai pas le diplôme !

    « Décrire correctement les mots, c’est décrire une époque, une manière de penser »

    Quand j’ai arrêté mes études, il y a eu un « je ne serais pas arrivé là si » important : mon service militaire. Il n’a duré qu’un an, mais fut intense. J’ai interrompu mon sursis d’étudiant parce que je ne voulais pas partir à l’armée à 30 ans. Après mon certificat de licence en histoire de l’art – qui m’a passionné – je me suis retrouvé tout à fait par hasard sur un bateau avec des tirailleurs tunisiens. Tout d’un coup, un univers inconnu me tombait sur la gueule et, une fois arrivé en Tunisie, j’ai eu une prise de conscience des vrais problèmes : les limites de la présence française, l’inconvénient de porter une chéchia qui faisait que les Français de Sousse, où j’étais cantonné, me traitaient avec mépris. Tout cela, croisé avec la découverte de la revue Les Temps modernes et l’influence de Sartre, très importante pour moi, m’a fait les pieds solidement et rapidement. Alors que j’étais parti au service militaire avec une idéologie nulle de petit-bourgeois protégé, j’en suis revenu différent.

    Que voulez-vous dire par « idéologie nulle de petit-bourgeois protégé » ?

    J’aurais pu assez mal tourner. Mon père faisait partie des Croix-de-feu quand même… Et lorsque j’étais au lycée Pasteur à Neuilly, il y avait « vive le Duce » [Mussolini] écrit partout sur les murs et des caricatures de Blum.

    Qu’est-ce qui fait que vous prenez vos distances ?

    D’abord, l’hostilité au père. Ça, c’est fondamental. Il chante bien Bach, mais il y a quelque chose chez lui qui ne va pas. Puis la prise de contact avec la véritable situation coloniale, l’inégalité entretenue, et la découverte de l’armée, qui m’a stupéfait. Tous mes préjugés se sont effondrés. J’avais une idée courtelinesque d’officiers merveilleux et d’adjudants idiots, et j’ai vu l’inverse.

    Au retour du service militaire, votre vie va basculer…

    Une offre d’emploi dans Le Monde va tout changer. Une tante un peu folâtre me montre une annonce : « Recherche des collaborateurs pour des travaux paralittéraires. » Je ne savais pas du tout ce que c’était ! J’ai candidaté. J’ai rencontré à Paris le cousin du lexicographe Paul Robert [1910-1980, le fondateur des éditions Le Robert] qui m’a expliqué qu’il s’agissait de faire un dictionnaire et m’a proposé de faire un essai. Je n’aimais pas les dictionnaires, ça m’emmerdait, je trouvais cela figé ! C’était la première fois de ma vie que j’ouvrais Le Littré et que je m’essayais à faire un article de dictionnaire ! J’avais choisi le mot « autel » . Un jour je reçois une lettre de Paul Robert : « Votre essai m’a convaincu, je vous attends. »

    Ce nouveau travail vous a-t-il tout de suite plu ?

    Oui, j’ai trouvé ça extraordinaire, fascinant. Passer des Antilles à l’antimoine, ça me plaisait ! Il y avait quelque chose à faire qui me paraissait essentiel mais je ne savais pas trop quoi. Est-ce que les mots révélaient quelque chose de la société ou pas ? Est-ce que la littérature contemporaine méritait d’y figurer ? Paul Robert acceptait presque tout. C’était une éponge. De l’intérieur, on pouvait changer ce livre et en faire quelque chose d’acceptable. A chaque sortie de fascicule, on se jetait dessus pour retrouver ce qu’on avait fait, avec une frustration grandissante car Paul Robert s’arrogeait toute la responsabilité. Les collaborateurs n’étaient même pas mentionnés.

    Quel est le meilleur mot pour définir votre métier ?

    Lexicologue, je veux bien. J’aurais voulu être linguiste. Je ne le suis pas. J’en ai fait beaucoup mais j’ai appris tout seul, sur le tas, grâce à des lectures et des rencontres avec des universitaires tels que Jean Dubois, maître à penser des éditions Larousse, et Pierre Guiraud, grand étymologiste.

    Pourquoi est-ce vous qui passez aux commandes du Robert ?

    Je travaillais vite et tout le temps. Paul Robert n’avait pas vu ni prévu que je lui pétais sa baraque. Je faisais autre chose que ce qu’il avait voulu au départ. Cela s’est réalisé quand nous avons fait Le Petit Robert avec Josette Rey-Debove (ma première épouse) et le normalien Henri Cottez. Un bon dictionnaire est obligé de tenir compte des usages les plus marginaux de la langue, y compris de la poésie. Progressivement, nous comprenons que décrire correctement les mots, c’est décrire une époque, une manière de penser. Je me suis toujours intéressé à la dimension sociale et politique des mots parce que le côté formel de la linguistique ou de la philologie ne me satisfait pas. On ne peut pas faire de l’histoire sans faire de l’histoire lexicale.

    Alain Rey nous a quitté

    journal "Le Monde"

    Alain Rey nous a quitté

    Alain Rey nous a quitté


    Toutes mes condoléances émues pour le décès d’Alain Rey. Notre monde se vide de ses meilleurs enfants. D’autres vont suivre comme le veut la vie. Un de nos hommes de foi avait dit à ses disciples: « Enfin j’ai trouvé comment ne jamais mourir »! Silence de l’assistance. Il asséna ceci : « La seule manière de vaincre la mort et de ne jamais la rencontrer, c’est de ne pas
     naître ». Qu’Alain Rey repose en paix .
    amadou lamine sall 

     Dakar, ce 29 oct. 2020.

    Alain Rey nous a quitté 

    Fabuleux. Un très grand merci pour l’article biographique du Monde sur Alain REY.

    Il y a aussi un article, aujourd’hui, en quatrième de couverture de Ouest- France.
    Bonne journée 

    Angel Sanchez 

    Alain Rey nous a quitté

     La disparition d'un artiste, écrivain,scientifique signifie toujours un vide dans l'univers de la culture mondiale.

    La culture reste plus pauvre et triste. Ces jours-là quand la mort est souvent chez elle, chaque être humain représente une valeur en soi-même.
    Dommage que les grands esprits se retirent dans un autre univers.
     
    Bonne nuit, mes amis, Manolita (Roumanie)
     
    Alain Rey nous a quitté
     Avec la disparition d'Alain Ray nous perdons un homme d'une haute culture. Un de ces hommes qui sont des passeurs de lumière, qui représentent encore la vraie culture.
    Jean-Pierre 
    Alain Rey nous a quitté 
    Merci bien de cette triste mention et merci de votre hommage très complet eu égard à cette grande personnalité du monde littéraire francophone.
     
     Cécile TOUATI
    Alain Rey nous a quitté
     
     
     
     
    Partager via Gmail

  •  

     

    c'est  l'HIVER

      

    c'est  l'HIVER

     

     

    c'est  l'HIVER

    c'est  l'HIVER

       c'est  l'HIVERc'est  l'HIVER

     

     

     

    c'est  l'HIVER

     

     

    Matin de décembre

     On s'éveille

    du coton dans les oreilles

    une petite angoisse douce

    autour du cœur, comme mousse

    c'est la neige,

    l'hiver blanc

    sur ses semelles de liège

    qui nous a surpris, dormant.

     Guy-Charles Cros 

    **********************************************

    Décembre

    Un brouillard épais noie

    L'horizon où tournoie

    Un nuage blafard,

    Et le soleil s'efface,

    Pâle comme la face

    D'une vieille sans fard.

    La haute cheminée,

    Sombre et chaperonnée

    D'un tourbillon fumeux,

    Comme un mât de navire,

    De sa pointe déchire

    Le bord du ciel brumeux.

    Sur un ton monotone

    La bise hurle et tonne

    Dans le corridor noir :

    C'est l'hiver, c'est décembre,

    Il faut garder la chambre

    Du matin jusqu'au soir.

    Les fleurs de la gelée

    Sur la vitre étoilée

    Courent en rameaux blancs,

    Et mon chat qui grelotte,

    Se ramasse en pelote

    Près des tisons croulants.

     Théophile Gautier

    *****************************************************************

    L'ennemi 

    Il y aura toujours dans l'automne   

    Une pomme sur le point de tomber.

     

    Il y aura toujours dans l'hiver 

    Une fontaine sur le point de geler.

    l'ennemi

    Nous le connaissons.

     Eugène Guillevic

    ***************************************************************************************

    La bise

     Va-t'en, me dit la bise,

    C'est mon tour de chanter.

    Et tremblante, surprise,

    N'osant pas résister,

     

    Fort décontenancée

    Devant un Quos ego,

    Ma chanson est chassée

    Par cette Virago.

     

    Pluie. On me congédie

    Partout, sur tous les tons.

    Fin de la comédie.

    Hirondelles, partons.

     

    Grêle et vent. La ramée

    Tord ses bras rabougris ;

    Là-bas fuit la fumée

    Blanche sur le ciel gris.

     

    Une pâle dorure

    Jaunit les coteaux froids.

    Le trou de ma serrure

    Me souffle sur les doigts.

     Victor Hugo 

    ********************************************************************************

    Couchant d'hiver (extrait)

     Quel couchant douloureux nous avons eu ce soir !

    Dans les arbres pleurait un vent de désespoir,

    Abattant du bois mort dans les feuilles rouillées,

    A travers le lacis des branches dépouillées

    Dont l'eau-forte sabrait le ciel bleu-clair et froid,

    Solitaire et navrant, descendait l'arbre-roi.

    Ô Soleil ! l'autre été, magnifique en ta gloire,

    Tu sombrais, radieux comme un grand Saint-Ciboire,

    Incendiant l'azur ! A présent, nous voyons

    Un disque safrane, malade, sans rayons,

    Qui meurt à l'horizon balayé de cinabre,

    Tout seul, dans un décor poitrinaire et macabre,

    Colorant faiblement les nuages frileux

    En blanc morne et livide, en verdâtre fielleux.

    Vieil or, rose fané, gris de plomb, lilas pâle,

    Oh ! c'est fini, fini ! Longuement le vent râle,

    Tout est jaune et poussif ; les jours sont révolus,

    La Terre a fait son temps ; ses reins n'en peuvent plus.

     Jules Laforgue

    ************************************************************************

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  •  

    Exposition éphémère confinement au siège

    Exposition éphémère confinement au siège

    Exposition éphémère confinement au siège

     

     

    Partager via Gmail

  •  

    Côtes d'Armor

    Côtes d'Armor

    Côtes d'Armor

    BÉATRICE DE MARQUÉ 

     talomaros@live.fr

     

    Côtes d'Armor

    Partager via Gmail

  •  

    Pas de Calais 

     

    Pas de Calais

     

    Pas de Calais

     FRANÇOIS GOBLET

     acrostiche37@yahoo.com

    Pas de Calais

     

    Je tenais à vous informer que j'ai revu madame Arlette Chaumorcel Présidente d'Honneur et co-fondatrice de la Maison de la poésie des Hauts de France ( avec l'ancien député et président de région Monsieur Noël Josèphe dont les enfants étaient là aussi) à l'occasion d'une conférence qu'elle donnait sur la maison de la poésie et que je lui ai offert les deux derniers numéros de l'Agora en lui parlant de la SPF et de notre engagement dans le monde de la poésie ; elle en a été ravie et moi aussi.

     

    Pas de Calais

     

     Nos prochaines lectures à la médiathèque Médiatour de Longuenesse auront lieu les jeudi 18 novembre , 2 décembre et 16 décembre de 14 H à 16H  et la médiathèque nous a offert les anthologies de la littérature et de la poésie kazakhe contemporaine pour nous remercier de nos interventions .Les lundis de la poésie commencent ce Lundi 11 octobre de 14H à 17H au salon de thé le Saint O et toutes les semaines ; la presse s'en est fait l'écho ; ces rencontres restent placées sous l'égide de la SPF

    Pas de Calais

    Je tenais à vous prévenir que je reprends les lundis de la poésie sous l'égide de la SPF ( que j'animais déja avant ) au salon de thé le Saint O place Victor Hugo à Saint Omer et ce à partir du 11 octobre de 14H à 17 H tous les lundis selon la disponibilité des gens

    Pas de Calais

    Très bel article dans l' Indépendant " le cercle des poètes retrouvés " avec mes amis Patrice Dufétel et Alicia Dehondt pour notre club des poètes et nos lectures de ce jour à 14H à la médiathèque de Longuenesse et le 7 octobre ❤, nos rencontres sont aussi dans la Voix Du Nord de ce jour le tout sous l'égide de la SPF et de la maison de la poésie HDF,<3

    Pas de Calais

     Le club des poètes de Saint Omer se réunira le mercredi 4 août au salon de thé le Saint O place Victor Hugo à Saint Omer et ce toujours sous l'égide de la SPF 

     

    Pas de Calais 

    Toutes les réunions du club des poètes de Saint Omer sous l'égide de la SPF sont annoncées régulièrement dans les journaux la Voix Du Nord et l'Indépendant du Pas de Calais.

    Pas de Calais 

     

    Je reprends le club des poètes de Saint Omer que j'ai créé en 2014 et que j'anime depuis en le plaçant sous l'égide de la SPF avec des réunions régulières soit chez moi soit dans un salon de thé de Saint Omer et au programme lectures de poètes connus et méconnus sans thème et lecture des poèmes des participants ; notre première réunion a eu lieu chez moi avec lecture de recueils de Michel Houellebecq , Robert Notenboom , Annie Devaux Berthelot , Gaston Miron ( lhomme rapaillé et de Jim Harrisson .

    Nous poursuivrons ces réunions à intervalles réguliers suivant la disponibilité des poètes .

     

    Pas de Calais

     

     

    Dès la levée des mesures sanitaires,  

    Lectures bi- mensuelles de poésie, placées sous l'égide de la SPF

    à la médiathèque " Médiatour " de Longuenesse (62219)

     avec François Goblet, correspondant SPF Pas-de-Calais ,

    Alicia Dehondt , membre de la SPF et Présidente de l'association théâtrale Face et Cie

    ainsi que Patrice Dufétel, poète et romancier, Président de l'association de poésie " les Cattleyas" .

     Calendrier à venir !

    Pas de Calais

    Lentement de ma mémoire

    se détache une forme oblongue

    une silhouette gardée

    un simple reste d'ombre

    un morceau de glace

    qui n'a jamais su fondre

    un caillou qui de ma vie

    troublera toujours l'onde

    tu es partie

    rien

    ne m'a quitté de toi ...

     François Goblet

     

    Pas de Calais

     J'ai prévenu la maison de la poésie des Hauts de France et la SPF que le thème du Printemps des Poètes 2022 était l'éphémère et du coup lecture de " le roman inachevé " d'Aragon et relecture des quatrains d'Omar Khayam qui sont mis à l'honneur et avec les chansons d'Yves Montand et de Léo Ferré 

     Pas de Calais

     

     

     

    Partager via Gmail

  •  

    Guérande

    Guérande

    Guérande

     LYSE  BONNEVILLE

    lysebonneville@gmail.com

     

     Guérande

    Guérande

    Guérande

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  •  

     

    Bourbonnais

    Bourbonnais

     

     

     

    christian.tabarovsky@orange.fr

    Bourbonnais

     

    à venir

     

    Partager via Gmail

  •  

     

    Anthologie de poésie concours Jeunes

     « Ce sont les rêves d’enfance qui érigent la mémoire des hommes. » M.B 

    Anthologie de poésie concours Jeunes

     

    Anthologie de poésie concours Jeunesse

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

  •  

     

    Charles Verfaille

    Charles Verfaille

    CHARLES VERFAILLE

     Il s'approchait doucement de son centenaire, puisqu'il avait fêté, le 29 juin dernier, ses 97 printemps...  Le poète belge francophone Charles VERFAILLE, ancien membre du Comité de notre Société nous a quittés, emporté par la Covid-19.

    Titulaire d'un diplôme de Philosophie et Lettres (1945), il avait complété sa formation par un Doctorat en Droit (1948) qui lui permettra d'intégrer le personnel du Crédit Agricole, dont il sera nommé Directeur Général en 1956 et, en 1974, Président du Conseil d'Administration, poste qu'il ne quittera que pour son départ à la retraite, en 1983.  

    C'est, nous avait-il confié, la mort de son épouse, en 1987, qui jouera le rôle de catalyseur dans le phénomène d'écriture le concernant.  Ayant définitivement fait le choix de l'écriture classique, dans sa pureté même, Charles VERFAILLE nous laisse neuf ouvrages qui marquent toute son évolution d'homme et de poète : d'Au Seuil de mon Automne (1992)  - premières réflexions sur la vieillesse qui s'annonce -  en passant par ses "Maux d'Amour, Mots d'Humour" (1995), plus léger mais néanmoins plein de sagesse pour clôturer par cette "Légende des Trois Amis" (2008) (suivie de "Solstice d'Hiver") - trois amis, images de trois niveaux de conscience : celui happé par le matériel, celui qui recherche la spiritualité et, enfin, celui qui l'a trouvée -  qui lui permettront d'exprimer, dans une poésie toujours lumineuse, sa position et ses convictions par rapport à la franc-maçonnerie, qu'il avait intégrée dans les années 1950 et dont il était l'un des Maîtres reconnus.  "Un poète peut être franc-maçon et vice versa" se plaisait à nous rappeler notre ami disparu...

    Membre de toutes les Associations Littéraires - françaises et belges - reconnues, titulaires de maints Grands Prix accordés pour la poésie classique, si l'homme qu'était Charles VERFAILLE vient de nous quitter, sa poésie demeure, tel un éternel flambeau, pour éclairer nos réflexions et nous guider vers l'essentiel : l'Être humain, dans sa diversité et l'Amour, qui porte tout et tous vers une Lumière sans fin.  Celle dans laquelle baigne indubitablement et à tout jamais notre ami Charles VERFAILLE, que nous saluons aujourd'hui avec tendresse et respect. 

    VÉRONIQUE FLABAT-PIOT

     

     

     

     

     

     

          « Au revoir » au poète Charles Verfaille. 

      Né en 1923, il aura survolé  un siècle ou presque de l’évolution ou de l’involution du monde : le poète et penseur belge Charles Verfaille nous a quittés au début de l’automne, laissant un vide dans les cercles poétiques qui n’est pas prêt d’être comblé, en tant qu’homme et dans nos mémoires. Disparition qui n’est pas sans me faire songer à un autre immense poète et belle âme de l’humanité qu’était Jacques Viesvil (les deux hommes, d’ailleurs, s’appréciaient beaucoup).

    Mais écoutons Charles Verfaille.   

    « Je ne crains pas la mort ; du moins je le suppose, 

    Car, comment être sûr, avant d’y parvenir, 

    Qu’à sa porte la peur ne veuille retenir 

    Mon âme s’apprêtant à rejoindre sa Cause. »  

    La question reste posée ! 

    Charles Verfaille était reconnu comme l’un des maîtres de la poésie classique, mais cette seule classification est à mon sens bien réductrice, car notre ami était bien autre chose. 

    Au-delà d’une carrière dans les hautes finances, il était un homme charmant et délicieux, calme et posé, d’une tout autre culture, celle de l’érudition et de l’élégance, particulièrement apprécié de ses confrères et pairs en poésie, autant que de ses frères en maçonnerie. 

    Pour avoir bien connu Charles Verfaille, à une époque pas si lointaine où nous étions tous deux membres du comité directeur de la prestigieuse Société des Poètes Français, je le vois encore d’une élégance presque britannique dans ses costumes de velours côtelé, prévenant et toujours porteur de l’esprit des grands humanistes, chers aux Lumières. La poésie qu’il portait haut était son flambeau salvateur. 

    Charles Verfaille détenait et entretenait la mentalité des bâtisseurs intellectuels : d’ailleurs, son grand rêve n’était-il pas d’ériger le Temple idéal, celui qui rapprocherait, dans la fraternité, la connaissance, la tolérance, la concorde et l’amour, tous les hommes de bonne volonté, au-delà de toutes formes dogmatiques ? 

     Il fut toujours une sorte de prince libre de sa pensée,  pour ne pas dire de lui le terme galvaudé de « libre penseur ».  

    Charles Verfaille n’a jamais triché, ni cherché à briller : chez lui c’était tout simplement la voix de l’homme qui prédominait et par-dessus tout,  le souffle du cœur. 

    Par l’acte de poèsie il retrouvait les sources de la beauté, il caressait le sacré, voire il effleurait le Divin, car sur ce point le doute s’installait de façon récurrente, la relation n’était pas si simple avec « Celui d’en haut, » mais : «  Que dire encore ? »   

    Aujourd’hui peut-être est-il détenteur d’une réponse à son questionnement : 

    « Oui mais après qu’adviendra-t-il ? » 

    Désormais, détient-il sans doute la réponse à cette interrogation existentielle qui le tarauda tout au long de sa vie de réflexion.                                                                              

    Michel Bénard. 

     

     

     

       

     

     

     

     

     

     

     

     

    Charles Verfaille

    Partager via Gmail

  •  

     

    Pays de la Loire

    Pays de la Loire

     

    Pays de la Loire

     CATHERINE  GIRARD  AUGRY

    bailleulaugry@orange.fr

     

    Pays de la Loire

     

     

    à venir

     

     

    Partager via Gmail




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
Image du Blog virtuellife.centerblog.net
Source : virtuellife.centerblog.net sur centerblog.